Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Des enlèvements et des pillages signalés dans la région éthiopienne du Tigré quelques semaines après la trêve


KAMPALA, Ouganda (AP) – Des alliés de l’armée fédérale éthiopienne pillent des biens et procèdent à des détentions massives dans le Tigré, selon des témoins oculaires et des travailleurs humanitaires.

Les récits suscitent de nouvelles inquiétudes concernant les atrocités présumées plus de trois semaines après que les parties belligérantes ont signé une trêve qui, espéraient diplomates et autres, mettrait fin aux souffrances dans la région assiégée qui abrite plus de 5 millions de personnes.

Le Tigré est encore largement coupé du reste de l’Éthiopie, bien que les livraisons d’aide dans la région aient repris après l’accord de cessez-le-feu du 2 novembre signé en Afrique du Sud. Il y a un accès limité ou inexistant dans la région pour les chercheurs des droits de l’homme, ce qui rend difficile pour les journalistes et autres d’obtenir des informations du Tigré alors que les forces éthiopiennes continuent d’affirmer le contrôle de la région.

LIRE LA SUITE: Une aide supplémentaire parvient à la région éthiopienne du Tigré après la trêve

Les troupes érythréennes et les forces de la région éthiopienne voisine d’Amhara – qui ont combattu aux côtés de l’armée fédérale éthiopienne dans le conflit du Tigré – ont pillé des entreprises, des propriétés privées, des véhicules et des cliniques de santé à Shire, une ville du nord-ouest qui a été capturée à partir de Les forces du Tigré le mois dernier, ont déclaré deux travailleurs humanitaires à l’Associated Press, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat pour des raisons de sécurité.

Plusieurs jeunes ont été enlevés par les troupes érythréennes à Shire, ont indiqué les travailleurs humanitaires. L’un d’eux a déclaré avoir vu « plus de 300 » jeunes être arrêtés par les troupes fédérales éthiopiennes lors de plusieurs vagues d’arrestations massives après la prise de Shire, qui abrite un grand nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

« Il existe différents centres de détention dans la ville », a déclaré le travailleur humanitaire, qui a également noté que les troupes fédérales éthiopiennes arrêtaient des personnes soupçonnées d’être « associées » au Front de libération du peuple du Tigré, ou TPLF, le parti politique dont les dirigeants ont mené la guerre. contre le gouvernement fédéral.

Des civils accusés d’avoir aidé les forces du Tigré sont détenus dans la ville méridionale d’Alamata, selon un habitant qui a déclaré que les forces d’Amhara avaient arrêté plusieurs de ses amis. Un ancien responsable régional a déclaré que les forces d’Amhara procédaient également à des arrestations « massives » dans la ville de Korem, à environ 20 kilomètres (12 miles) au nord d’Alamata, et dans les zones rurales environnantes.

Le résident d’Alamata et l’ancien responsable régional, comme certains autres qui ont parlé à AP, ont demandé l’anonymat en raison de problèmes de sécurité ainsi que par crainte de représailles.

La présence continue des troupes érythréennes au Tigré reste un point sensible dans le processus de paix en cours, et les États-Unis ont appelé à leur retrait de la région.

LIRE LA SUITE: L’Éthiopie et les chefs militaires du Tigré s’accordent sur une feuille de route pour la paix

Le porte-parole militaire et ministre des communications du gouvernement éthiopien n’a pas répondu à une demande de commentaire. L’ambassade d’Érythrée en Éthiopie n’a pas non plus répondu.

L’Érythrée, qui partage une frontière avec le Tigré, n’était pas mentionnée dans le texte de l’accord de cessez-le-feu. L’absence de l’Érythrée dans les négociations de cessez-le-feu avait soulevé la question de savoir si le gouvernement répressif de ce pays, qui a longtemps considéré les autorités du Tigré comme une menace, respecterait l’accord.

Un accord de mise en œuvre ultérieur, signé par les commandants militaires au Kenya, stipule que les forces du Tigré détruiront leurs armes lourdes « en même temps que le retrait des forces étrangères et non (fédérales) de la région ».

Pourtant, des responsables humanitaires, des diplomates et d’autres personnes à l’intérieur du Tigré affirment que les forces érythréennes sont toujours actives dans plusieurs régions du Tigré, ce qui nuit au processus de paix. Les troupes érythréennes ont été accusées de certains des pires abus du conflit, notamment des viols collectifs.

LIRE LA SUITE: Des témoins allèguent des abus meurtriers par les forces érythréennes lors des pourparlers de paix en Éthiopie

Tigrai Television, un radiodiffuseur régional basé dans la capitale tigréenne de Mekele, a rapporté le 19 novembre que des soldats érythréens avaient tué 63 civils, dont 10 enfants, dans une zone appelée Egela, dans le centre du Tigré. Ce rapport cite des témoins, dont un qui a déclaré que les communautés touchées étaient empêchées d’enterrer leurs morts.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et le secrétaire d’État américain Antony Blinken ont discuté de l’importance de la mise en œuvre de l’accord de paix, « y compris le retrait de toutes les forces étrangères et le désarmement simultané des forces du Tigré » lors d’un appel téléphonique lundi, selon le porte-parole du département d’État Ned Prix.

Quatre jeunes ont été tués par les forces érythréennes dans la ville d’Axum, dans le nord-ouest du Tigré, le 17 novembre, a déclaré un travailleur humanitaire à l’AP. « Les tueries n’ont pas cessé malgré l’accord de paix… et elles sont perpétrées à Axum exclusivement par les forces érythréennes », a déclaré le travailleur humanitaire.

Un communiqué du bureau de la communication du Tigré la semaine dernière a déclaré que l’armée érythréenne « continue de commettre d’horribles atrocités au Tigré ». Cette déclaration accusait le président érythréen Isaias Afwerki « d’amener plus d’unités dans le Tigré bien qu’il soit attendu qu’il retire ses troupes » à la suite de l’accord de cessez-le-feu.

Les combats brutaux, qui se sont répandus dans les régions d’Amhara et d’Afar alors que les forces du Tigré se pressaient vers la capitale fédérale l’année dernière, ont repris en août dans le Tigré après des mois d’accalmie.

Le Tigré est en proie à une grave crise humanitaire après deux ans de restrictions sur l’aide. Ces restrictions ont incité un panel d’experts de l’ONU à conclure que le gouvernement éthiopien a probablement utilisé « la famine comme méthode de guerre » contre la région.

Les autorités éthiopiennes ont longtemps nié avoir pris pour cible des civils dans le Tigré, affirmant que leur objectif était d’appréhender les chefs rebelles de la région.

Malgré le cessez-le-feu mené par l’Union africaine, les services de base tels que le téléphone, l’électricité et les services bancaires sont toujours coupés dans la plupart des régions du Tigré. Les États-Unis estiment que des centaines de milliers de personnes auraient pu être tuées dans la guerre marquée par des exactions de toutes parts.

L’accord de cessez-le-feu exige des autorités fédérales qu’elles facilitent « l’accès humanitaire sans entrave » au Tigré. Le Programme alimentaire mondial a déclaré vendredi avoir envoyé 96 camions de nourriture et de carburant au Tigré depuis l’accord, bien que l’accès à certaines parties du centre et de l’est du Tigré reste « limité ».

Un accès sans entrave au Tigré n’a pas encore été accordé malgré le nombre de camions entrant dans la région, plusieurs restrictions restant en place, a déclaré vendredi un travailleur humanitaire. Il y a des limites au montant en espèces que les organisations humanitaires peuvent emporter dans le Tigré, tandis que les points de contrôle et les commandants militaires entravent les mouvements des travailleurs humanitaires dans la région, a déclaré le travailleur humanitaire.

gb7

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page