Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Des dizaines de milliers de personnes rejoignent les familles des otages de Gaza lors de la dernière étape de la marche vers Jérusalem


Les membres des familles des personnes disparues et retenues en otages à Gaza étaient accompagnés par des milliers d’Israéliens au cinquième jour de leur marche depuis Tel Aviv vers le bureau du Premier ministre à Jérusalem, qu’ils prévoient d’atteindre samedi après-midi.

La police n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat sur le nombre de personnes marchant vers Jérusalem, mais les organisateurs de la manifestation ont déclaré que des dizaines de milliers de personnes marchaient vers la capitale.

Selon la Douzième chaîne, il y avait environ 30 000 manifestants.

Kobi Ben Ami, dont deux membres de la famille sont détenus à Gaza, a déclaré au média que les familles « suppliaient » les ministres de les rencontrer et de leur dire ce qu’ils prévoyaient de faire pour rendre les otages.

Ben Ami a déclaré que les familles étaient extrêmement reconnaissantes envers tous les membres du public qui les avaient soutenues dans leur marche.

« Bravo à toutes les personnes qui sont venues aider. les milliers de personnes qui venaient chaque jour apporter de la nourriture et des boissons, aider à se loger et simplement apporter leur soutien. Je suis tout simplement si fier de vous tous », a-t-il déclaré.

Alors que le groupe entamait la montée finale vers Jérusalem, les manifestants ont été rejoints par le chef de l’opposition Yair Lapid.

La marche devait entrer à Jérusalem vers 14h30 avant une manifestation au bureau du Premier ministre vers 16h00.

À la fin de la manifestation, les familles devaient retourner à Tel Aviv et rencontrer le ministre de la guerre Benny Gantz et le ministre observateur du cabinet Gadi Eizenkot.

Un communiqué au nom des familles a indiqué qu’elles n’avaient pas reçu de réponse à leur demande de réunion de la part des autres ministres du cabinet de guerre – le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre des Affaires stratégiques, observateur du cabinet, Ron Dermer.

À l’issue de la réunion, un rassemblement aura lieu à 20 heures devant le Musée d’art de Tel Aviv, dans une zone surnommée « Place des otages ».

Famille et partisans des quelque 240 otages détenus par le Hamas à Gaza lors de la dernière étape d’un rassemblement de solidarité de cinq jours appelant à leur retour, de Tel Aviv au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 18 novembre 2023 (AP Photo/Leo Corréa)

Les manifestants ont passé la nuit de vendredi à Ein Hemed, où ils ont célébré le Shabbat et le repas traditionnel.

Gantz est arrivé sur les lieux et s’est entretenu avec les proches des otages, en serrant nombre d’entre eux dans ses bras.

« Comment pouvons-nous accueillir Shabbat sans savoir où sont détenus nos proches ? a déclaré Naor Pakciarz, le représentant des familles du kibboutz Be’eri, l’une des communautés les plus durement touchées par le massacre du 7 octobre.

« Nous avons un message pour le cabinet de guerre : vous ne pouvez pas prendre une décision sans vous asseoir à nos côtés et nous regarder dans les yeux. Regardez-nous dans les yeux ! » dit Pakciarz.

Tout au long de leur marche de vendredi, les familles des manifestants otages ont été rejointes par des milliers de partisans dans un grand cortège au bord de l’autoroute 1 entre Tel Aviv et Jérusalem.

Alors qu’ils défilaient devant la communauté haredi de Kiryat Yearim, des dizaines de partisans attendaient avec des ballons jaunes et des haut-parleurs scandant la prière pour le retour des personnes retenues en otage ou captives.

Les manifestants ont été rejoints par le ministre de la Culture Miki Zohar et le député d’extrême droite sioniste religieux Zvi Succot, suscitant les huées de certaines parties de la foule. Les représentants des familles n’ont pas tardé à publier une déclaration demandant que tous les ministres et députés qui se joignent à la marche soient respectés.

La marche a eu lieu alors que le président américain Joe Biden a eu un autre appel vendredi avec l’émir qatari Tamim bin Hamad Al-Thani et l’a insisté sur le « besoin urgent » que les quelque 240 otages « soient libérés sans plus tarder », a déclaré la Maison Blanche, intensifiant ses efforts. sa rhétorique concernant l’urgence de la question.

Cet appel téléphonique intervient alors que des informations indiquent qu’Israël rechigne à conclure un premier accord partiel qui maintiendrait certaines mères à Gaza pendant que leurs enfants seraient libres.

Après que des propositions précédentes d’accords d’otages auraient vu les parents otages séparés de leurs enfants enlevés avec eux à Gaza, le cabinet de guerre a informé les médiateurs qu’Israël n’accepterait en aucun cas la séparation des mères de leurs enfants.

Selon le rapport, la dernière proposition qatarie de mardi verrait la libération de 50 otages en échange d’un cessez-le-feu de cinq jours et de la libération de 150 prisonnières de sécurité détenues en Israël.

Les familles des Israéliens retenus en otages par les terroristes du Hamas à Gaza défilent avec des centaines de partisans vers la Knesset à Jérusalem, dans le cadre d’une manifestation appelant à la libération immédiate des otages, près de Jérusalem, le 17 novembre 2023. (Yonatan Sindel/Flash90 )

Toutefois, comme cela entraînerait la séparation de certaines mères de leurs enfants, Israël a refusé et exige que toutes les mères et tous les enfants soient libérés ensemble, indique le rapport.

Selon la Douzième chaîne, Netanyahu a exhorté Biden à tenter d’obtenir la libération d’au moins 70 otages au total.

Pendant ce temps, le Hamas a publié une déclaration avertissant Israël de ne pas traîner les pieds.

La déclaration enregistrée du porte-parole de la branche militaire, qui se fait appeler Abu Obeida, a averti Israël que les otages « pourraient tomber dans l’oubli ».

Il a également déclaré que plus les otages restent longtemps en captivité, plus grandes sont les chances qu’ils soient tués. Le Hamas a affirmé à plusieurs reprises que des otages avaient été tués lors de frappes israéliennes. Israël dénonce ces affirmations comme étant de la guerre psychologique et de la propagande.

Les familles des otages détenus par les groupes terroristes à Gaza, ainsi que des centaines de partisans, vus marchant vers Jérusalem le 16 novembre 2023. (Autorisation : Gilad Pirset)

Le Hamas a également publié vendredi une vidéo montrant apparemment Aryeh Zalmanovich, 86 ans, l’un des otages détenus à Gaza.

Les images suscitent des inquiétudes quant au bien-être de Zalmanovitch.

Comme ce fut le cas pour les précédentes séquences d’otages diffusées par des groupes terroristes ces dernières semaines, les médias israéliens n’ont pas publié ces images, par respect pour les familles des personnes enlevées et pour ne pas prêter main-forte à la guerre psychologique menée par le Hamas et les Palestiniens. Jihad islamique.

Aryeh Zalmanovitch. (Courtoisie)

Lundi soir, le Hamas a publié une vidéo de propagande de Noa Marciano, la montrant s’adressant à la caméra quatre jours après avoir été prise en otage, s’identifiant et récitant les noms de ses parents et de sa ville natale. La vidéo est ensuite passée à son cadavre.

Jeudi, des milliers de manifestants du cortège des familles d’otages sont arrivés dans la ville centrale de Modiin, où ils se sont arrêtés pour lancer un appel shiva à la famille Marciano.

Marciano, 19 ans, de la 414e unité du Combat Intelligence Collection Corps, servait sur la base de Nahal Oz lorsque celle-ci a été envahie le 7 octobre.

S’adressant aux familles des otages à Modiin, la mère de Noa, Adi Marciano, les a remerciés d’être venus et a déclaré qu’elle devait initialement marcher à leurs côtés, avant que la nouvelle de la mort de sa fille ne lui parvienne.

Gn En world

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page