Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

des bandes dessinées. Cet été, bullez d’humanité ! #5


Le poids des héros, de David Sala, éditions Casterman, 176 pages, 24 euros.

Comment faites-vous, quand vous vous appelez David et que vous avez deux grands-pères qui sont devenus des géants aussi grands que Goliath ? Que faire quand on comprend avec consternation que l’événement le plus important de sa vie, qui a débuté en 1973, s’est déroulé exactement trente-six ans avant sa propre naissance ? Il y a eu un temps terrible. David Sala avait deux grands-pères. Il faut fuir l’Espagne de Franco et vivre l’horreur de Mauthausen. Son ultime combat était de mourir la conscience tranquille, rassuré d’apprendre que Franco, le bourreau de la République espagnole, l’avait précédé. L’autre, catalan exilé à son tour, devient résistant. Il ne devait sa survie qu’à son évasion miraculeuse du lieu de son exécution.

Icône JournalDécouvrez en avant-première les planches de la BD, « Le poids des héros », dans le N°818 du magazine L’Humanité

Une famille se construit autour de ces deux figures tutélaires, sans que ces deux grands-pères tranquilles ne jouent les héros. Mais David a cette mélancolie inexplicable qui frappe à vie certains enfants et en épargne d’autres. Ces enfants tristes savent qu’ils vont devoir porter l’histoire de leur famille avec cette touche d’amour qui s’appelle le devoir de transmission du passé, et la responsabilité qui va avec. David Sala accepte son destin et le raconte d’une manière tout simplement superbe, offrant à son lecteur un pur moment de poésie, fleuron de l’imaginaire hispanique, entre la fantaisie d’un Federico Garcia Lorca et la folie d’un Don Quichotte débridé, figure de proue revendiquée d’un L’anarchisme espagnol luttant pour la veuve et l’orphelin contre les moulins noirs de tous les fascismes. Mieux que ça, l’auteur réinvente le temps des enfants rêveurs, de ceux qui restent chez eux à regarder des motifs de papiers peints pendant des heures et qui préfèrent les après-dîners avec les grands, écouter des histoires d’avant, plutôt que d’aller jouer avec leurs frères.

Icône Citation« LITTLE NEMO » AU PAYS DES CAUCHEMARS DE LA MÉMOIRE ESPAGNOLE.

David Sala se glisse dans la peau de l’enfant qu’il était et nous invite à un voyage historique onirique et sublime. « Little Nemo » au pays des cauchemars de la mémoire martyre du républicanisme espagnol, il a dû inventer un nouveau style graphique pour exprimer l’horreur ressentie dans les camps de concentration. Un combat ordinaire se construit contre la dépression provoquée par ce surmoi trop lourd. Il faut pourtant lui faire face, pour témoigner de la vie de ses grands-pères. Toute l’intelligence engagée de la bande dessinée se révèle dans ce scénario qui ne présente pas les ancêtres comme des « surhommes » mais comme une chape de plomb sur l’histoire familiale.

Toute la beauté et le courage de l’histoire sont dans sa poursuite jusqu’à aujourd’hui. David devient père à son tour. Sa propre fille redécouvre le portrait d’Antonio, « le monsieur sur le tableau », devenu « l’arrière-grand-père » et, enfin, au bout de la nuit, « le papa de grand-mère », en plus d’être un républicain espagnol déporté . Ainsi la vie peut continuer. Plus forte. Plus intense. Le petit David est devenu un géant de la bande dessinée.


  • « Une révolte tunisienne », Aymen Mbarek, Seif Eddine Nechi, traduction Marianne Babut, Alifbata, 224 pages
  • « Des vivants », Raphaël Meltz, Louise Moaty, Simon Roussin, Editions 2024, 260 pages
  • « Renée aux bois dormants », Elen Usdin, Sarbacane, 272 pages
  • « Faut faire le million », Gilles Rochier, 6 pieds sous terre, 96 pages
  • « Le poids des héros », David Sala, Casterman, 176 pages
  • « # J’accuse… ! » par Jean Dytar, Delcourt, 312 pages
  • « Michel, la fin les moyens, tout ça », Pierre Maurel, L’employé de moi, 80 pages
  • « Le roi des vagabonds », Patrick Spät, Bea Davies, Dargaud/Seuil, 160 pages

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page