Skip to content
dernières nouvelles, jeudi 14 avril 2022


UKRAINE. La guerre en Ukraine s’est maintenant déplacée vers l’est du pays, les troupes russes étant prêtes à prendre Marioupol et soupçonnées de planifier une attaque finale contre le Donbass. Récapitulatif et dernières nouvelles…

[Mis à jour le 14 avril 2022 à 05h03] La guerre en Ukraine se joue désormais dans l’est du pays, après la tentative d’invasion, les atrocités commises, notamment autour de Kiev, et le redéploiement de l’armée russe. Les cartes de situation sont maintenant radicalement différentes de février ou mars. le fief de Marioupol et la région du Donbass, à la frontière avec la Russie, focalisent l’attention alors qu’à Kiev et dans les anciennes zones occupées la vie tente de reprendre et que la découverte des atrocités commises par l’armée russe se poursuit.

Les cartes de situation de la guerre en Ukraine, mises à jour quotidiennement, illustrent l’évolution face au conflit depuis fin mars. Depuis le début de cette guerre en Ukraine, les cartes ont joué un rôle déterminant dans la compréhension de l’opération militaire russe et dans le suivi en direct de la situation. Voici les meilleures sources disponibles avec des cartes à jour (selon les dates de mise à jour, les cartes présentées ci-dessous peuvent remonter à la veille).

Les cartes de la guerre en Ukraine

Quelques jours après le début de la guerre en Ukraine, le ministère français de la Défense a mis en place un point de situation et une carte détaillant le théâtre des opérations. La carte est disponible sur le portail du ministère de la Défense et est mise à jour quotidiennement.

dernières nouvelles, jeudi 14 avril 2022
Carte de situation du ministère français de la Défense, datée du 13 avril 2022 (cliquez sur la carte pour zoomer). © Ministère de la Défense

Le ministère britannique de la Défense livre également des rapports très réguliers sur la situation en Ukraine. En plus des « Intelligence updates » (mises à jour des informations sur le terrain) délivrées sur son compte Twitteril existe également des cartes résumant la situation au jour le jour.

La carte du site ukrainien Liveuamap

L’un des documents les plus précieux, actuellement disponible en ligne, est la carte élaborée par Liveuamap.com, une plateforme ukrainienne indépendante qui compile et recoupe diverses informations provenant de sources médiatiques et de médias sociaux et permet de visualiser, en temps réel ou presque, les affrontements et les grèves successives dans le pays.

Une autre carte interactive publiée sur MapHub permet de visualiser les attaques russes et les actes de défense de l’Ukraine depuis le début du conflit. L’outil, qui répertorie à ce jour des centaines d’événements, est géré par le Centre for Information Resilience (CIR), une société britannique indépendante à but non lucratif qui se consacre également à l’identification, à la réponse et à la dénonciation des opérations d’influence. Le CIR vise à « faire prendre conscience de la menace que font peser les opérations d’influence, y compris la désinformation, sur la démocratie et la vérité objective, et contribuer à les contrer ».

Cartes de situation de l’Institute for the Study of War (ISW)

Les rapports et cartes établis quotidiennement par l’Institut d’étude de la guerre (ISW) fournissent à la presse (dont Le Monde) des informations récentes et précises. L’Institut pour l’étude de la guerre est une organisation de recherche sur les politiques publiques à but non lucratif et non partisane. Il « favorise une compréhension éclairée des affaires militaires grâce à des recherches fiables, des analyses fiables et une éducation innovante ».

Cartographie des médias et journalistes en France et à l’étranger

Plusieurs agences fournissent à la presse des cartes et des cartes mises à jour quotidiennement. C’est le cas de l’Agence France Presse en France, mais aussi de services spécialisés comme Visactu encore, ou Graphic News, une agence internationale indépendante entièrement financée par les éditeurs de médias. La plupart de ces cartes sont mises à jour en fin de journée.

En France, des sites de référence comme Le Monde ou Le Figaro proposent de suivre l’avancée des troupes russes via une série de cartes basées elles-mêmes sur des données fiables provenant des sources citées plus haut. Les Décodeurs du monde proposent une carte de l’évolution de l’invasion russe au jour le jour, équipée notamment d’un curseur pour naviguer dans la chronologie du conflit. Le Figaro a élaboré plusieurs cartes à partir des informations du site Liveuamap, de l’agence Graphicnews et d’autres agences de presse comme l’AFP.

Sur Twitter, les cartes et rapports de situation de l’historien et ancien militaire Michel Goya, devenu chroniqueur pour BFMTV, sont parmi les plus complets. Ces documents, basés sur les cartes de War Mapper, sont également disponibles sur son blog. A l’étranger, les sites du New York Times et du Washington Post, les deux principaux médias américains, proposent également des cartes à jour.

kyiv, Marioupol… Les batailles cartographiées

La bataille de Kiev, comme celle de Marioupol notamment, a été cartographiée par plusieurs médias en France et dans le monde. Visactu, agence française spécialisée dans la production d’infographies de presse, fait régulièrement le point sur la situation dans la périphérie de la capitale ukrainienne, d’où les troupes russes se sont retirées Le Monde, Le Figaro, le New York Times ou le Washington Post sont parmi les des médias qui présentent les meilleurs résumés de la situation, comme le Kiev Indépendantun journal de la capitale ukrainienne qui rapporte régulièrement.

Au Royaume-Uni, la BBC a également une page pour suivre les combats en Ukraine, en mettant l’accent sur Marioupol. Certaines cartes permettent également de se renseigner sur la situation dans la capitale. Autre média britannique, le Financial Times décline également ses cartes jusqu’aux affrontements à Kiev.



GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.