Nouvelles locales

Déficit budgétaire projeté à 6,1% du PIB en 2022, selon le HCP

Le déficit budgétaire du Maroc devrait s’établir à 6,1% du produit intérieur brut (PIB) pour l’année 2022, selon les prévisions du Haut-Commissariat au Plan (HCP).

« La politique budgétaire en 2022 devrait rester orientée en faveur du soutien à l’économie nationale en maintenant un déficit budgétaire de près de 6,1% du PIB », note le HCP qui vient de publier le Budget économique prévisionnel (BEP) 2022.

Cette orientation s’accompagne d’une hausse des dépenses d’investissement, qui devraient atteindre 7,2%, et des dépenses ordinaires incompressibles, qui devraient poursuivre leur tendance haussière pour représenter près de 21,7% du PIB. Cette hausse, précise le HCP, serait portée par la hausse des dépenses sur la masse salariale à 12,1% du PIB et des dépenses sur les autres biens et services (5,6% du PIB), notant que la charge de compensation devrait se situer autour de 1,6% du PIB. , en supposant que le prix moyen du gaz butane continue d’augmenter.

Par ailleurs, le HCP note que le solde ordinaire devrait se redresser en 2022, sous l’effet d’une hausse continue des recettes fiscales (18,5% du PIB), en lien avec la reprise de l’activité économique, soulignant que cette perspective serait également renforcée par l’introduction de certaines taxes et l’augmentation de la taxe intérieure de consommation (TIC) et des droits d’importation appliqués à certains produits.

L’impôt sur les sociétés retrouverait son rythme de croissance d’avant crise grâce à l’amélioration des bilans des entreprises en 2021. De même, l’impôt sur le revenu et les recettes fiscales sur la valeur ajoutée devraient bénéficier de la hausse attendue de la demande.

Le HCP souligne également que pour faire face à ses besoins de financement, le Trésor aurait recours à l’emprunt intérieur et extérieur, notant, dans ce contexte, que les projections pour 2022 montrent que le taux d’endettement du Trésor devrait passer à 78,5% du PIB, de dont 60% du PIB est la dette intérieure et 18,5% la dette extérieure.

Les répercussions de la crise du Covid-19 ont également révélé la vulnérabilité des finances publiques aux chocs exogènes et la possibilité de créer des espaces budgétaires, note le HCP, estimant qu’avec une dette extérieure garantie par l’Etat qui devrait se stabiliser autour de 14,7% de PIB en 2022, le taux d’endettement public global, qui ne cesse d’augmenter, devrait atteindre 93,2% du PIB en 2022, contre 90,3% en 2021.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page