Skip to content
décevant en poules, le Sénégal veut croire en ses chances face au Cap-Vert


Classé parmi les prétendants au titre avant le début de la compétition, le Sénégal n’a pas impressionné lors de la phase de poules, ne récoltant qu’une victoire et deux nuls. En huitième de finale contre le Cap-Vert, les Lions de la Teranga sont attendus au tournant.

Le Sénégal a terminé à la première place du groupe B, mais n’a pas brillé en phase de groupes. Après une courte victoire contre le Zimbabwe, les Lions de la Teranga ont été neutralisés par la Guinée et le Malawi. Face à la modeste équipe du Cap-Vert, les hommes d’Aliou Cissé devront présenter un meilleur visage, mardi 25 janvier, en huitième de finale.

L’entraîneur sénégalais est sous pression, mais préfère rester confiant. « Pour cette CAN, on est vivants, il ne faut pas s’enterrer très tôt, même si on est perfusés », a-t-il analysé dimanche en conférence de presse.

« C’est vrai qu’aujourd’hui on a un début de compétition assez difficile, mais je pense qu’on a déjà montré par le passé qu’on était capables de jouer à un niveau assez intéressant. On l’espère. On a pu travailler. On va se réfugier derrière le travail et aussi derrière l’expérience qu’on a sur le continent africain pour pouvoir bien aborder ce match contre le Cap-Vert », a-t-il ajouté.

Troisièmes du groupe A, les Blue Sharks n’ont pas à rougir de leurs débuts dans la compétition. Ils ont remporté une victoire contre l’Éthiopie, un match nul contre le Cameroun, pays hôte, et une défaite contre le Burkina Faso. « Le Cap-Vert est une équipe intéressante et ils l’ont montré contre le Cameroun. C’est une équipe qui maîtrise parfaitement sa défense à cinq et c’est aussi une équipe qui est capable de contre-attaquer et d’être très forte dans les transitions », a ainsi analysé Aliou Cissé.

« Maintenant, comme je l’ai dit, c’est à nous d’élever notre niveau de jeu et de montrer que nous sommes capables de jouer un football qui peut déstabiliser cette équipe cap-verdienne. Ce ne sera pas un match facile, nous le savons parce qu’en face, on va avoir une équipe hyper motivée qui n’est pas là par hasard », a-t-il précisé.

« On va jouer les huitièmes de finale comme une finale »

Mais le Cap-Vert pourrait aligner une équipe diminuée. La fédération du pays a annoncé dimanche sur Facebook que sa délégation avait été frappée par une intoxication alimentaire qui avait déclenché une épidémie de gastro-entérite. Huit membres du groupe sont concernés, dont cinq joueurs.


Malgré cette épidémie, l’entraîneur Pedro Leitao Brito veut croire aux chances de son équipe qui avait déjà atteint les quarts de finale en 2013, pour sa première participation. Le technicien, ancien défenseur de l’équipe nationale, se souvient aussi d’avoir déjà dominé son adversaire par le passé. « Nous avons battu le Sénégal en Coupe Amilcar Cabral. A l’époque, j’étais joueur et le score était de 1-0 », a-t-il déclaré en conférence de presse, évoquant l’édition 2000 de cette compétition qui se déroulait à l’époque au Cap. Vert.

Pour le sélectionneur, les Blue Sharks ont la capacité d’aller chercher la victoire et vont tout donner lors de ce match décisif : « On va jouer les huitièmes de finale comme une finale. Toute défaite serait synonyme de retour à la maison. On va tout faire pour passer ». cette étape ».


France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.