Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

De Paris à Séoul, plongé dans la folie de Kang-In Lee


Kang-In Lee, qui a ouvert son compteur avec le PSG, jouit d’une popularité impressionnante au Parc des Princes et chez lui en Corée du Sud. Ce qui est évidemment bon pour les affaires du club.

C’est le nouveau favori du public parisien. Pas seulement du Parc des Princes, où son nom est presque aussi plébiscité que celui de Kylian Mbappé. En quelques mois seulement, le milieu offensif sud-coréen Kang-In Lee (22 ans) est devenu un phénomène au Paris Saint-Germain. D’autant qu’il s’est enfin révélé dans la compétition (deux buts et une passe décisive en huit matchs). A tel point que les ventes de son maillot sont proches de celles du champion du monde français, aussi bien en magasin physique qu’en ligne.

«Tous les recrutements sont effectués pour des raisons sportives», rappelle prudemment Marc Armstrong, directeur des recettes du Paris Saint-Germain, dans un entretien à RMC Sport. « Mais il est vrai que nous avons bénéficié d’avantages commerciaux importants depuis son arrivée. »

Un dribble qui fait plaisir

Cet été déjà, alors que son embauche était à peine annoncée, un frémissement s’était fait sentir. Cependant, le joueur était peu connu. Il fallait suivre les matchs du Valencia CF et du Real Majorque sur les cinq dernières saisons pour se faire une idée. Deux clubs avec des matchs qui n’attirent pas beaucoup de public en France.

Avec les départs de Neymar et Marco Verratti déjà en cours, les images recueillies ont montré que Kang-In Lee pourrait devenir le nouveau joueur passionnant de l’équipe. Ce n’est pas que Kylian Mbappé ne passionne pas, ni que ses autres coéquipiers manquent de talent, mais, à l’exception d’Ousmane Dembélé, aucun d’entre eux n’incarne vraiment la culture du dribble, de l’accélération dans les petits espaces, des gestes techniques, du football. bon jogging qui a toujours plu et existe à Paris. « C’est vraiment une magnifique recrue », a récemment déclaré Luis Enrique lors d’une conférence de presse. « L’avoir dans l’équipe est une opportunité. Il est jeune, il travaille dur et il a vraiment envie de jouer, c’est très important pour son développement. »

« C’est le petit frère de la Nation, on l’a vu grandir »

Cette popularité va de pair avec la popularité exponentielle de la culture pop sud-coréenne. C’est Hallyu, qui se traduit littéralement par « vague coréenne ». BTS, Blackpink, nouveaux jeans, Jeu de calmar, Parasite…Les cartons du pays du matin frais se succèdent. Et voici désormais Kang-In Lee, qui n’a pas attendu son transfert dans un club de renommée mondiale pour être une star chez lui, où il n’a pas encore disputé le moindre match professionnel.

Parmi les nombreuses ventes de t-shirts, nul doute qu’une bonne partie est due au public sud-coréen. Saenol et Seunghwan, un couple rencontré au magasin du club des Champs-Elysées, le confirment.

« Nous sommes très fiers de lui ! C’est le prochain fils (le joueur de Tottenham, ndlr). Les Coréens viennent en France grâce à lui. Nous sommes venus de Londres pour lui. Nous voulions acheter son maillot, sentir à quel point il est populaire. aussi. »

Ces deux adeptes le connaissent depuis… 2007. Comme toute la Corée du Sud, en fait. Kang-In Lee n’avait que 5 ans lorsqu’il est apparu à la télévision. Il participe à voler tirer dori, une émission de téléréalité sur le football dans laquelle les participants sont des enfants qui veulent démontrer leurs qualités. « C’est le petit frère de la Nation, on l’a vu grandir », peut témoigner Fabien Yoon auprès de RMC Sport. Ce présentateur de télévision français et acteur en Corée du Sud est également l’animateur d’une Chaîne Youtube du PSG et président du fan club de Séoul. « Cela fait 16 ans que je vis en Corée, c’est la première fois que je vois ça », avoue-t-il. « Je suis allé voir tous les matches de l’équipe nationale, les derniers matchs amicaux, et c’est simple : je n’avais jamais vu autant de maillots du PSG dans un autre stade que le Parc des Princes. Ils portaient tous le numéro 19. »

Un investissement déjà rentable

Après la France et les Etats-Unis, la Corée du Sud est désormais le troisième marché du Paris Saint-Germain, selon Marc Armstrong. « Nous sommes désormais le troisième club international le plus suivi en X », souligne l’entraîneur parisien.

« En janvier, nous y ouvrirons un nouveau magasin phare sur trois étages. Nous espérons également annoncer de nouveaux partenariats avec la Corée du Sud. Et je ne serais pas surpris si nous y retournions pour jouer des matchs dans les années à venir. »

Kang-In Lee représente par ailleurs un atout supplémentaire pour l’ensemble du marché asiatique : « Nous sommes déjà très bien implantés en Asie. Nous sommes à Singapour, Tokyo et Shanghai. C’est déjà un marché important, mais la croissance en Corée du Sud va y contribuer. croissance. »

Bien entendu, le dynamisme économique se voit également au Parc des Princes. Marc Armstrong prévoit une augmentation de « 20 % » du nombre de supporters sud-coréens qui viendront au stade pour regarder l’équipe. Un afflux qui se reflète également dans les ventes du « Stadium Tour », la visite du Parc des Princes.

Pour le transfert, le Paris Saint-Germain a déboursé 22 millions d’euros. Un investissement déjà rentable ? « Le succès de la signature se passe d’abord sur le terrain et on ne le mesure pas à cela », sourit Marc Armstrong. « Et même si nous le faisions, il serait trop tôt pour le dire. Mais nous sommes très satisfaits des conséquences sportives et commerciales. »

Julien Absalon, Alicia Bert, Edgar Groleau


Gn fr Sport

Eleon Lass

Eleanor - 28 years I have 5 years experience in journalism, and I care about news, celebrity news, technical news, as well as fashion, and was published in many international electronic magazines, and I live in Paris - France, and you can write to me: eleanor@newstoday.fr
Bouton retour en haut de la page