Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du Canada

De nombreuses garderies en Alberta ne sont pas admissibles au financement fédéral

Hend Shelkamy Ali s’y habitue. Les parents visitent sa garderie, adorent ce qu’ils trouvent et sont prêts à s’inscrire, jusqu’à ce qu’ils apprennent que la garderie ne peut pas se qualifier pour les nouvelles subventions gouvernementales.

J’avais un parent qui est venu ici et il était vraiment, vraiment énervé [jusqu’à] frapper mon mur. Il était très, très, très en colère.

La situation est frustrante pour les parents et les exploitants de garderies, a déclaré Hend Shelkamy Ali, qui a démarré son entreprise en 2020, avant l’entente fédérale-provinciale sur le financement des services de garde.

L’accord a été signé en novembre 2021 et a déjà réduit de moitié les frais de garde d’enfants pour de nombreux parents albertains. Cette entente ne s’applique toutefois pas aux places dans les nouvelles garderies à but lucratif. En Alberta, contrairement à de nombreuses autres provinces, la majorité des garderies fonctionnent comme des entreprises à but lucratif.

Les garderies à but lucratif existantes ont pu profiter de l’entente fédérale-provinciale, qui a également étendu les subventions à environ 2 500 places supplémentaires en cours de création. Les exploitants de garderies qui ont ouvert plus récemment sont en difficulté, car les subventions aident non seulement à réduire les coûts pour les parents, mais aussi à augmenter les salaires des employés.

Une nouvelle phase de l’accord fédéral-provincial devrait entrer en vigueur d’ici avril, étendant la subvention à davantage d’opérateurs à but lucratif, mais les détails sont encore en cours d’élaboration. Une situation stressante, selon Christelle Churcher du’Association des entrepreneurs en garderie de l’Alberta.

Elle assure qu’entre-temps, certains entrepreneurs ont décidé de travailler à perte en proposant le tarif subventionné aux parents sans toucher réellement la subvention, dans l’espoir qu’ils y auront droit l’année prochaine. Christelle Churcher souligne qu’il est courant pour les nouveaux exploitants de garderie, généralement des femmes, de signer des contrats de location d’une durée d’une décennie ou plus où ils sont personnellement responsables s’ils ne peuvent pas payer leur loyer.

Le gouvernement provincial n’a pas répondu aux questions de CBC/Radio-Canada. Un représentant du ministère fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, qui n’était pas autorisé à parler officiellement, a déclaré que des discussions productives sur les détails de l’accord de financement de l’année prochaine étaient toujours en cours. en cours entre les gouvernements fédéral et provinciaux.

Hend Shelkamy Ali dit qu’on lui a dit qu’il y avait un moyen d’obtenir des subventions pour sa nouvelle garderie en la convertissant en un modèle à but non lucratif, ce qu’elle n’est pas prête à faire.

Alors qu’elle bâtissait son entreprise et obtenait les permis nécessaires, elle dit qu’elle n’a reçu aucun avertissement de l’un ou l’autre des paliers de gouvernement que des subventions ne seraient pas disponibles pour sa garderie. Je n’arrive toujours pas à croire qu’ils nous ont traités comme ça. Si j’avais su cela il y a deux ans, aurais-je signé et pris ce risque énorme ? Bien sûr que non.

Avec des informations de Robson Fletcher

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page