Skip to content
David Moss plaide non coupable du meurtre d’une fillette de 7 ans


L’avocat de David Moss passera les trois prochaines semaines à tenter de convaincre le juge Steven Mandziuk que son client ne devrait pas être tenu pénalement responsable de la mort de la jeune fille, survenue en mai 2020, en raison d’une maladie mentale.

Selon l’exposé conjoint des faits, le présumé meurtrier, qui est tatoueur à Edmonton, et Melissa Desrosiers, la mère de la jeune fille, ont grandi dans deux villes voisines de l’Alberta. Ils se sont rencontrés au lycée.

Un an avant la mort de Bella Rose Desrosiers, Melissa Desrosiers s’est liée d’amitié avec David Moss après qu’il l’ait tatouée.

Deux mois plus tard, le mari de Melissa Desrosiers s’est suicidé dans leur maison du sud d’Edmonton. David Moss lui a ensuite offert un tatouage gratuit à la mémoire de son défunt mari, selon l’exposé conjoint des faits.

Une envie d’aider

L’exposé des faits devant la Cour note que le 18 mai 2020, Mélissa Desrosiers s’inquiétait pour David Moss, après l’avoir entendu tenir des propos qu’elle jugeait suicidaires. Elle l’a ensuite invité chez elle, tout en prenant soin de cacher ses couteaux dans un placard de chambre.

Arrivé chez les Desrosier, David Moss se dit fatigué et monte au troisième étage de la maison pour prendre une douche et se reposer.

Selon la procureure de la Couronne Shivani Naidu-Barrett, Melissa Desrosiers a alors demandé à sa tante de venir garder ses filles, Lily, quatre ans, et Bella, sept ans, afin qu’elle puisse emmener David Moss à l’hôpital.

Melissa a ensuite lu une histoire à ses enfants, qui partagent la même chambre. Alors qu’elle s’apprêtait à dire au revoir à ses filles, David Moss est soudainement apparu à la porte, en sous-vêtement et brandissant une paire de ciseaux.

Lily, 4 ans au moment du drame, feu Bella et leur mère Melissa Desrosiers.

Photo : Mélissa Desrosiers/Facebook

C’était un meurtredit l’accusé

M. Moss a écarté Mme Desrosiers et s’est rapidement approché de Bella qui était allongée sur le lit superposé. Avec les ciseaux, M. Moss a lacéré le cou de Bella et l’a traînée hors du lit.dit Shivani Naidu-Barrett.

La mère des filles a subi quelques blessures mineures en essayant de se mettre en travers du chemin. Elle a ordonné à sa fille Lily de courir pour se mettre en sécurité dans la salle de bain à l’étage, selon les rapports du tribunal.

M. Moss a traîné le corps de Bella dans les escaliers et dans le salon, laissant une traînée de sangpoursuit le procureur.

David Moss continue d’attaquer la petite fille avec des ciseaux, avant de s’asseoir sur le canapé du salon, les mains et les pieds couverts de sang. Mélissa Desrosiers parvient à saisir les ciseaux qu’elle jette à l’extérieur de la maison. Elle appelle ensuite le 911 et tente de prodiguer les premiers soins à sa fille qui saigne.

Les ambulanciers déclarent la jeune fille morte en arrivant sur les lieux. David Moss est immédiatement placé en garde à vue.

Le rapport des faits explique qu’à son arrivée au commissariat, David Moss a déclaré qu’il avait les doigts coupés. Interrogé par la police sur la raison de ces blessures, ce dernier a répondu c’était un meurtre. Six minutes plus tard, il ajouta : Savez-vous pourquoi je l’ai fait ? Parce que j’ai adoré.

Le procès reprend mercredi. David Moss devrait témoigner vendredi, tandis que Melissa Desrosiers, la mère de la jeune fille, témoignera devant le tribunal la semaine prochaine.

Si vous éprouvez des difficultés ou connaissez quelqu’un qui éprouve des difficultés, voici où trouver de l’aide (lignes bilingues) :

Service canadien de prévention du suicide : 1-833-456-4566

Jeunesse, J’écoute : 1-800-668-6868 par téléphone ou clavardage en direct sur leur site Web

Association canadienne pour la prévention du suicide : 833-456-4566 ouvert 24 heures.

Avec des informations de Janice Johnston

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.