Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Dans les coulisses de la projection « Bearing Witness » de Gal Gadot sur le massacre du Hamas à Los Angeles


Alors que des groupes de manifestants pro-israéliens et pro-palestiniens brandissaient des drapeaux et rivalisaient pour obtenir le soutien des automobilistes à un carrefour très fréquenté de Los Angeles mercredi soir, un public d’environ 200 personnes a franchi un point de contrôle de sécurité pour entrer dans le Musée de la tolérance de la ville.

Les participants, les manifestants scandant à l’extérieur et des dizaines de policiers s’étaient présentés à cause d’un collage vidéo intitulé Témoigner, compilé par une unité de l’armée israélienne à partir d’images brutes de l’attaque meurtrière menée par des militants du Hamas contre Israël le 7 octobre, au cours de laquelle 1 400 personnes ont été tuées et environ 240 personnes prises en otages. L’assaut a déclenché une série de bombardements israéliens sur Gaza qui ont tué jusqu’à présent plus de 10 000 Palestiniens, selon le ministère de la Santé contrôlé par le Hamas à Gaza. Le Musée de la Tolérance, une branche du Centre Simon Wiesenthal, un centre juif des droits de l’homme axé sur l’éducation sur l’Holocauste, a organisé une projection de la vidéo d’environ 47 minutes à la veille de l’anniversaire du pogrom nazi connu sous le nom de Nuit de Cristal afin de pour démontrer aux téléspectateurs qu’Israël est confronté à une menace existentielle de la part du Hamas.

« Tout cela, placé au Musée de la Tolérance, c’est une excuse toute faite, un piège », a déclaré un manifestant du groupe Palestine libre rassemblé de l’autre côté de la rue, qui a préféré rester anonyme. Pierre roulante. Il a accusé le musée de faire de la « propagande » et a déclaré qu’il n’avait aucun problème avec l’institution elle-même, mais que les sponsors du film avaient choisi de l’amener à cet endroit « exprès pour donner l’impression que nous sommes antisémites ».

« Nous ne sommes pas antisémites, nous sommes antisionistes. Nous n’apprécions pas ce qu’ils ont fait au peuple palestinien pendant plus de soixante-quinze ans d’occupation », a-t-il déclaré, alors qu’un homme passant dans une voiture se penchait par la fenêtre de son passager pour qualifier le groupe d’« égoïste ». .»

Ceux qui ont assisté à la projection sous haute sécurité des images en grande partie non censurées de meurtres et de cadavres, qui ont dû rendre leur téléphone et signer un accord de non-divulgation pour indiquer qu’ils n’enregistreraient rien de ce qu’ils auraient entendu ou vu dans le théâtre Peltz du musée, comprenait un certain nombre de producteurs et d’agents hollywoodiens, ainsi que le PDG israélo-américain de Mattel, Ynon Kreiz, et le promoteur immobilier israélien Jaron Varsano, mari de l’actrice israélienne Gal Gadot. Le Wonder Woman La star avait aidé à organiser les projections du film à New York et à Los Angeles avec le réalisateur israélien Guy Nattiv, mais n’était pas elle-même présente.

En entrant dans le théâtre depuis le hall animé, les participants – dont l’un portait un sweat à capuche « Libérez nos otages » – préféraient s’asseoir vers l’arrière ou dans les allées, et plusieurs s’asseyaient dans les escaliers des allées plutôt qu’au centre du public. où un bon nombre de sièges sont restés vides. D’autres ont débattu de leurs meilleures options. « Ce n’est pas une occasion joyeuse », a déclaré un homme se dirigeant vers l’arrière. « Pas assis sur le siège avant de cette merde », remarqua une femme qui se dirigeait dans la même direction.

Un partisan de Paletine, à gauche, affronte un partisan d’Israël devant le Musée de la Tolérance à Los Angeles, le 8 novembre 2023.

Un certain nombre d’intervenants ont précédé la projection, notamment le rabbin Marvin Hier, fondateur du Centre et Musée de la Tolérance Simon Wiesenthal, qui a invoqué l’esprit de survivant du peuple juif et a qualifié le Hamas de « nazis du 21e siècle », prédisant qu’il « devenir la poussière de l’histoire. Melissa Zukerman, organisatrice de l’événement et co-fondatrice de la société de relations publiques stratégique Principal Communications Group, a également fait des remarques, suivie par une autre organisatrice Sara Greenberg, une ancienne officier des renseignements israéliens, qui a déclaré que « d’autres villes ne se sont pas présentées », comme Los Angeles en faveur de la cause israélienne et que « certains tentent de nier » la réalité des attaques du Hamas. Gilad Erdan, ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies, est ensuite monté sur le podium pour déclarer : « Cette vidéo va changer votre façon de voir le Moyen-Orient », qualifiant le Hamas de « pur mal » et suscitant des applaudissements lorsqu’il a appelé à « éradiquer » le « génocide ».  » groupe. Il a également affirmé que la guerre à Gaza n’avait « rien à voir » avec la question plus large de la liberté palestinienne et a averti que « l’Occident serait le prochain » à faire face au terrorisme djihadiste. « C’est vrai, mec! » » a crié un membre du public en réponse.

Enfin, le mari de Greenberg, le lieutenant-colonel de Tsahal Amnon Sheffler, a présenté Témoigner en notant qu’il montre « moins de 10 pour cent des meurtres » commis le 7 octobre, et aucun viol, agression sexuelle ou meurtre de bébés ou d’enfants. Néanmoins, a-t-il ajouté, cela démontrait la « barbarie du Hamas » et, alors que le bruit des manifestations dans la rue s’intensifiait, il a fait remarquer que le public « en entendait une partie à l’extérieur ».

Témoigner est en effet graphique et inquiétant, un assemblage chaotique de clips prétendument assemblés à partir de caméras corporelles et de téléphones portables du Hamas, ainsi que de dashcams et de téléphones de victimes israéliennes, ainsi que d’images de vidéosurveillance et de sécurité à domicile, et de matériel enregistré par les secouristes. Le film se termine par une vidéo particulièrement horrible des conséquences du massacre du festival de musique israélien Supernova – où le Hamas a exécuté au moins 260 personnes – avec plan après plan de cadavres ensanglantés, d’autres entièrement brûlés. Et malgré l’avertissement selon lequel Témoigner ne montrerait pas la mort d’enfants, leurs cadavres sont montrés dans un montage, avec des visages flous.

Tout au long de la projection, on pouvait entendre le public du théâtre Peltz haleter, gémir et s’exclamer : « Oh mon Dieu ». Bientôt, le bruit des sanglots remplit l’espace. Pourtant, à la fin, alors que certains se précipitaient vers les sorties, décrivant leur horreur face aux images vues à l’écran, au moins un participant était insatisfait. « Montrez le viol, montrez la décapitation des bébés, le monde a besoin de le voir ! » » a-t-il hurlé en partant. « Tais-toi, va dehors ! » » répondit une femme. Une autre femme a répondu avec colère : « Il a raison ! »

Tout au long de la projection, on pouvait entendre le public du théâtre Peltz haleter, gémir et s’exclamer : « Oh mon Dieu ». Bientôt, le bruit des sanglots remplit l’espace.

Cet argument s’est produit alors que le lieutenant-colonel Sheffler tentait de mettre un terme à l’événement, déclarant que Tsahal s’efforce de « minimiser les dommages causés aux civils » dans ses bombardements sur Gaza, mais que le Hamas se « cache » derrière la population de Gaza et ses hôpitaux. . Il a désigné l’Iran, ainsi que le Hamas, comme faisant partie d’un « axe du mal » avant de présenter une vidéo de stars de Broadway, dont Debra Messing et Jeremy Jordan, chantant le Les misérables chanson « Bring Him Home » au nom des otages israéliens détenus par le Hamas.

À l’extérieur du Musée de la Tolérance, après la projection, les protestations en duel se sont poursuivies. Du côté palestinien, un cri de « Palestine libre » a été lancé, mené par un manifestant armé d’un mégaphone, et a été accueilli par le cri de « Fuck Palestine ! » d’un chauffeur. D’autres voitures arborant des drapeaux israéliens ont traversé l’intersection en klaxonnant.

Deux femmes brandissant des drapeaux israéliens dans une allée alors que les spectateurs quittaient le musée, qui n’ont pas donné leur nom, ont déclaré Pierre roulante ils étaient sur les lieux une heure avant le début de la projection et vivaient à proximité, dans le quartier de Beverlywood. Ni l’un ni l’autre n’ont assisté à la projection. « Nous ne voulons pas être traumatisés pour le reste de notre vie », a déclaré l’un d’entre eux.

Les deux femmes ont déclaré qu’elles avaient essayé de parler au groupe pro-palestinien de l’autre côté de la rue, mais qu’elles n’avaient abouti à rien. « C’est comme parler à un mur », a déclaré l’un d’entre eux. « Il y a tellement de haine là-bas », a ajouté l’autre femme. « Pas convaincant. » Le premier manifestant a affirmé qu’Israël tentait de libérer la Palestine du Hamas. Les deux hommes ont également convenu qu’il était important de montrer Témoigner « Si vous ne voulez pas que cela se produise ici. »

« Et tu sais ce qui est triste? » elle a demandé. «Je vais vous dire ce qui est triste. Les gens, nous devons nous battre pour nos droits. Lorsque le 11 septembre s’est produit, personne n’a demandé à l’Amérique de le faire (pause). L’Amérique est allée faire le travail et a fait ce qu’elle devait faire. Mais si vous combattez le terrorisme… » s’interrompit-elle. « C’est encore plus d’antisémitisme, parce que tout d’un coup plus personne n’aime les Juifs. »

Tendance

MISE À JOUR : Quelques heures après la fin de la projection, des manifestants pro-israéliens et pro-palestiniens se sont affrontés devant le Musée de la Tolérance, signalé Actualités des témoins oculaires ABC7.



Gn En enter

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page