Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Critique de « The Killer »: c’est un ennuyeux mortel


David Fincher ne se lasse pas de ces trucs meurtriers – sa filmographie regorge de mécréants (« Alien 3 »), d’envahisseurs de maison (« Panic Room ») et de multiples maniaques (« Seven », « Zodiac », « The Girl With the » Tatouage de dragon », « Gone Girl »). Au cours d’une de ses pauses périodiques dans la peinture rouge du grand écran, Fincher a été producteur et réalisateur de l’émission Netflix « Mindhunter », un autre de ses creep-outs visuellement impeccables et froids à la morgue. Celui-ci concernait des agents du FBI profilant des tueurs en série comme Edmund Kemper, une goule dont les manières soyeuses et insinuantes résonnaient plus profondément que la série, qui s’est terminée après deux saisons.

« Mindhunter » était plus facile à admirer qu’à aimer, ce qui est habituellement vrai du travail de Fincher et était certainement vrai de son dernier film, « Mank », une exhumation du vieil Hollywood sur des personnages puissants qui tuent les rêves et les âmes. En termes hobbesiens, la vie dans un film de Fincher a tendance à être solitaire et pauvre, méchante et brutale, même si elle n’est pas nécessairement courte. C’est encore le cas dans son film le plus récent, « The Killer », sur un tueur à gages anonyme – joué par Michael Fassbender – un solitaire bavard vu pour la première fois attendant qu’une victime se présente. Avec le temps, la marque apparaît, le tueur tire mais rate et passe le reste de l’histoire à essayer de nettoyer les dégâts.

« The Killer » est basé sur une bande dessinée française du même titre écrite par Alexis Nolent (alias Matz) et illustrée par Luc Jacamon. Le protagoniste est un tueur à gages d’apparence ordinaire, aussi modeste physiquement qu’inévitablement nihiliste : les autres sont horribles, le monde est sans espoir, « nous vivons sur un tas de cadavres », etc. Il cite le Christ et Kazantzakis, copains avec des méchants apparentés, a régulièrement des relations sexuelles avec des femmes aux seins ballons mais passe aussi beaucoup de temps seul, ce qui signifie que les panneaux de bandes dessinées débordent de sa haine et de ses pensées insipides. Ce qui le rend apparemment intéressant, ce n’est pas son travail ou son nombre de morts ; ce qui est intriguant, du moins avant que vos yeux ne s’éblouissent enfin, c’est qu’il est ennuyeux.

L’idée d’un type anti-Bond avec un permis illégal de tuer est, oui, une idée qui scintille faiblement sur la page au milieu d’une masse de clichés de genre. Ce qui distingue le plus la bande dessinée est le contraste entre son protagoniste et les illustrations cinématographiques de Jacamon, avec leurs teintes riches, leurs angles inclinés et leur interaction entre réalisme et expressionnisme. Vous continuez à lire uniquement pour continuer à chercher. L’approche visuelle de Fincher dans le film est relativement atténuée par le contraste. Il baigne l’écran de jaune sulfureux, lance quelques clichés spectaculaires – un œil fixe vu à travers une lunette de visée – et, comme il aime le faire, devient sombre puis plus sombre, comme dans une séquence de combat prolongée qui est si faiblement éclairée parfois. plane au seuil de la visibilité.

Gn En enter

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page