Skip to content
Crichton veut se venger de Munster, Papa embrasse le rôle d’impact, les Marrons se méfient de la lutte


Après un baptême du feu lors de ses débuts dans State of Origin, Stephen Crichton de Penrith connaît l’ampleur de la tâche qui l’attend alors que NSW vise à niveler la série.

Crichton était une sélection surprise sur le banc pour le premier match et n’a été lancé en action que lorsque Kotoni Staggs s’est blessé à l’épaule.

Il a eu du mal à entrer dans son rythme lors de son camée de 30 minutes et l’une de ses premières implications l’a amené à être mis en examen pour un lancer dangereux sur Cameron Munster.

Les Maroons cinq huitièmes ont également montré leur sens du jeu rusé en enlevant le ballon à Crichton lorsque les Blues sont désespérément partis à la recherche d’un essai tardif, laissant le débutant d’Origin au visage rouge.

« Je savais que ça allait être rapide, mais cela m’a surpris à quel point c’était rapide », a-t-il déclaré.

« Je pense que c’est un peu difficile (de se lancer dans un match) quand on sort du banc.

Stephen Crichton. (Photo de Mark Metcalfe/Getty Images)

« Mais vous ne voulez pas vous plaindre d’attendre pour continuer parce que vous savez que cela fait partie du jeu. »

La bonne chose pour Crichton est qu’il aura le temps de montrer pourquoi il est l’un des jeunes joueurs les mieux notés du jeu.

Toujours âgé de 21 ans et vétéran de 67 matchs dans la LNR, Crichton a remplacé Staggs en tant que centre droit de premier choix de Brad Fittler et débutera le match de dimanche à Perth.

Cela le place sur une trajectoire de collision avec le puissant bord gauche du Queensland, où Valentine Holmes et Kurt Capewell ont trouvé la joie dans le premier match de la série.

Défendre au centre est l’une des tâches les plus difficiles du jeu, mais le rôle de Crichton a ajouté de la difficulté – arrêter le mercuriel Munster qui se retrouve dans la meilleure forme de sa carrière.

« Il (Munster) joue vraiment bien au foot en ce moment », a déclaré Crichton.

« La seule façon de minimiser ses implications est de rester ensemble en équipe et de ne pas essayer de le faire en tant qu’individus.

« J’ai hâte d’y retourner et de jouer à nouveau et il s’agit de nous mettre ensemble dans notre communication. »

Papa prêt pour des quarts de travail plus courts

Josh Papalii profitera de chaque minute de State of Origin II en sachant qu’il ne pouvait y en avoir que 20 après le rôle du vétéran dans leur victoire d’ouverture de la série.

L’homme d’État de Canberra a été remplacé après seulement 15 minutes et n’est revenu que dans les cinq derniers de sa victoire 16-10 contre NSW à Sydney.

L’effort de 80 minutes de Reuben Cotter et la formidable performance au banc de Pat Carrigan et Lindsay Collins ont permis au vétéran de s’asseoir et d’admirer la prochaine récolte lors de sa 21e apparition à Origin.

La tactique de l’entraîneur Billy Slater pourrait changer avec Jai Arrow remplaçant Cotter blessé et Papalii admet qu’il attend plus de lui-même à Perth dimanche.

Mais si on lui demande à nouveau de réserver le concours, il le fera avec plaisir.

« Bill vient de dire » allez aussi fort que possible aussi longtemps que possible « , a déclaré Papalii à AAP.

«Je l’ai fait pendant 15 ans et les cinq derniers environ; si c’est mon rôle, c’est mon rôle et je suis heureux de rester assis sur le banc tout le match si je le dois.

« Ces garçons sont arrivés, l’ont amené à un autre niveau. Ça ne me dérange pas, le principal c’est qu’on gagne.

Papalii, 30 ans, n’hésite pas à être considéré comme la figure paternelle d’un groupe d’attaquants des Maroons dirigé par Tino Fa’asuamaleaui, 22 ans.

« C’était comme si c’était hier que c’était Matt Scott, Nate Myles qui me le faisait », a-t-il déclaré.

«Ces souvenirs durent longtemps et c’était comme ça à Sydney… s’asseoir (dans le vestiaire après le plein temps) et l’embrasser, chérir ce moment.

« Vous ne savez jamais quand sera votre dernier camp, alors je m’imprègne de tout. J’espère juste que je jouerai un peu mieux à Perth. »

Papalii a reconnu les changements massifs de NSW comme un signe qu’ils exploseront dès le coup d’envoi, renforçant l’importance de son rôle dans les échanges d’ouverture.

« Ils seront désespérés ; ils ont choisi cette équipe pour une raison, un match incontournable pour eux », a-t-il déclaré.

«Ils voudront marquer une certaine autorité et la verrouiller… ils sortiront assez fougueux et c’est une tâche énorme de bien commencer et j’espère que nous pourrons le faire.

« (Avec Cotter blessé), nous devons mordre le protège-dents, participer et nous entraider. »

Crichton veut se venger de Munster, Papa embrasse le rôle d’impact, les Marrons se méfient de la lutte

Ali Brigginshaw des Maroons dirige le ballon (Photo de Mark Kolbe/Getty Images)

Les Marrons se méfient de la lutte des Blues

Le Queensland promet qu’ils seront prêts à contrer les tactiques de lutte de NSW lors de l’affrontement de l’État d’origine des femmes vendredi soir.

Alors qu’ils ont remporté une victoire 8-6 l’an dernier, le capitaine des Maroons, Ali Brigginshaw, a déclaré que la lenteur des tactiques de jeu du ballon des Blues avait eu un impact sur leur attaque et qu’ils devaient mieux y faire face afin de conserver le bouclier à Canberra.

« C’est une façon dont ils pensent pouvoir entrer dans notre peau, c’est dans la lutte, donc ils ont sans aucun doute travaillé là-dessus », a déclaré Brigginshaw aux journalistes jeudi.

« Nous nous sommes adaptés à cela. Nous pouvons être tellement meilleurs dans cet espace pour nous lever et jouer le ballon, mais je m’attends à ce qu’ils travaillent encore là-dessus.

« (Les hommes) jouent semaine après semaine et il faut beaucoup de forme physique pour pouvoir … faire tout cela … plus nous jouons au foot, mieux nous obtenons à la lutte. »

L’entraîneur des Maroons, Tahnee Norris, a imploré son équipe de garder son sang-froid et de ne pas demander de l’aide à l’arbitre si la lutte persistait, comme ils l’ont constaté l’année dernière.

« Surtout en première mi-temps, il y avait beaucoup de frustration autour de ce qui se passait sur le terrain », a déclaré Norris aux journalistes.

« Nous devons juste être plus intelligents à propos de… nous ne pouvons rien faire à propos de l’arbitrage ou rien à propos de ce qu’ils font au-dessus de nous.

« Mais nous devons juste nous débrouiller et nous sortir du tacle aussi vite que possible. »

Le Queensland a deux débutants à Emily Bass et Evania Pelite, mais Norris a déclaré que les intégrer à l’équipe avait été transparent.

Les Blues ont quatre débutants dont deux membres de la colonne vertébrale – l’arrière Emma Tonegato et la demi-arrière Rachael Pearson.

« Elles se sont toutes très bien combinées et très vite, ce sont toutes des athlètes professionnelles ces filles maintenant, donc il ne faut pas longtemps pour que tout se réunisse », a déclaré l’entraîneur de NSW Kylie Hilder.

« C’est juste de l’autre côté du parc, nous avons un excellent groupe d’attaquants, de superbes arrières extérieurs.

« Si tout le monde fait juste le travail, et c’est une grande chose sur laquelle nous avons vraiment insisté toute la semaine … alors nous nous réunirons en équipe. »

La capitaine de la NSW, Kezie Apps, qui dirige un arrière étoilé comprenant Millie Boyle, Simaima Taufa et Hannah Southwell, a déclaré que son unité serait essentielle pour retrouver le bouclier pour la première fois depuis 2019.

« Chaque match est gagné au milieu, nous le savons tous », a-t-elle déclaré. « Ce sera certainement une grosse bataille physique, et j’espère que nous pourrons saisir des opportunités à la suite de cela. »



Sports Grp2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.