Skip to content
COVID-19 : le Danemark offrira une 4e dose de vaccin aux plus vulnérables


Touché de plein fouet par la vague Omicron, le Danemark a annoncé mercredi qu’il offrirait une quatrième dose de vaccin COVID aux plus vulnérables, tout en levant certaines restrictions au profit d’une épidémie sous contrôle.

• Lire aussi : 3e dose à la fin des symptômes pour les personnes ayant eu COVID-19

• Lire aussi : Une 3e dose à la fin des symptômes : « pas vraiment utile », dit un médecin

• Lire aussi : Déjà une 4e dose de vaccin en Israël

« C’est un nouveau chapitre avec la décision d’offrir une quatrième dose aux citoyens les plus vulnérables », qui ont reçu leur troisième injection au début de la campagne de rappel à l’automne, a déclaré le ministre de la Santé, Magnus Heunicke, lors d’une conférence de presse.

Les personnes touchées – les immunodéprimés, les patients atteints de cancer ou les personnes souffrant d’arthrite – seront contactées à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine, ont indiqué des responsables de la santé.

Grâce à la campagne de vaccination « ambitieuse » du pays nordique, « nous sommes à nouveau en contrôle de l’épidémie », a déclaré Heunicke.

Le ministre a également annoncé la réouverture dimanche des institutions culturelles fermées depuis le 19 décembre.

Les théâtres, cinémas, salles de concert pourront rouvrir, mais avec une capacité de 500 personnes pour tous les événements en salle.

Les bars et restaurants restent contraints de fermer à 23h, avec interdiction de servir de l’alcool entre 22h et 5h

La validité du pass santé est réduite à cinq mois après la deuxième dose, contre sept mois auparavant. 79,6% de la population du pays scandinave est vaccinée.

Après la troisième dose, que 54,6% des Danois ont reçue, le pass n’a pas de date d’expiration.

Plus d’un million de cas de COVID-19 ont été détectés parmi les 5,8 millions de Danois depuis le début de la pandémie. Début janvier, les autorités sanitaires estimaient que la variante Omicron constituait plus de 90 % des nouveaux cas.

Globalement, Israël et le Chili ont déjà commencé à proposer une quatrième dose à certains groupes de leur population.

En France, la question de cette injection de rappel a été considérée mardi comme « prématurée » par le ministère de la Santé.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.