Skip to content
Coupe MLS : un nouveau champion sera couronné


On ne peut pas vous dire qui remportera la MLS Cup samedi, mais on est sûr d’une chose, une équipe soulèvera le trophée pour la première fois de son histoire.

• Lisez aussi : Trophée Landon Donovan : l’Allemand Hany Mukhtar nommé MVP MLS

• Lisez aussi : Participation à la Coupe MLS : Un scénario différent pour l’Union de Philadelphie

Il s’agit en effet de la première apparition en finale pour l’Union de Philadelphie et le Los Angeles FC. Les deux équipes n’ont jamais dépassé les finales de conférence avant cette saison.

Dans ce match disputé au Banc of California Stadium de Los Angeles, on assistera à un duel entre le champion de la Conférence Ouest et de la saison régulière contre l’équipe qui a terminé première de la Conférence Est.

« Nous savons que nous sommes probablement les outsiders et c’est une position qui nous convient », a noté l’entraîneur-chef de l’Union Jim Curtin lors d’une conférence de presse vendredi. C’est rare que les deux meilleures équipes arrivent en finale car il y a une bonne parité dans cette ligue. »

Très proche

Curtin pense que son équipe n’est pas la favorite, mais très peu sépare les deux équipes, qui ont terminé la saison avec 67 points.

Los Angeles (21-9-4) a terminé en tête avec 21 victoires, deux de plus que l’Union (19-5-10) qui a subi moins de défaites.

Offensivement, Philadelphie a marqué 72 buts contre 66 pour Los Angeles. Philadelphie a également le dessus défensivement avec seulement 26 buts encaissés en 34 matchs tandis que LA a cédé 38 fois.

Cela signifie que nous allons nous retrouver face à un duel intrigant entre deux équipes capables de marquer. Il sera particulièrement intéressant de voir comment Andre Blake, gardien de but de l’année en MLS, affrontera les gros canons californiens. Le Jamaïcain a réalisé quinze blanchissages cette saison et un de plus en qualifications.

Un tournant

Il n’y a pas de rivalité naturelle entre ces deux formations, mais une rencontre en particulier entre elles a forgé le caractère de l’Union.

Il s’agit de la toute dernière rencontre entre les deux équipes avant que la pandémie de COVID-19 ne suspende la ligue pendant quelques mois en mars 2020.

La rencontre frénétique s’est terminée 3-3 au Banc of California Stadium, les deux équipes échangeant coup pour coup à chaque fois que l’autre marquait.

« J’ai tellement parlé de ce jeu que les gens en ont marre », a ri Curtin. C’était un match fantastique avec de beaux buts et surtout, c’était un match qui nous a fait croire que nous pouvions aller plus loin. »

Les doutes

D’un côté comme de l’autre, on s’interroge sur la présence de certains acteurs importants. Dans le camp californien, on s’interroge sur la possibilité que Gareth Bale et Giorgio Chiellini soient absents.

Côté Union, la présence du capitaine, Alejandro Bedoya, est loin d’être certaine. Jim Curtin a même laissé entendre que le vétéran américain ne pourrait pas être sur le terrain lors du coup d’envoi.

« Alejandro fait tout ce qu’il peut pour jouer ce match, même si ce n’est que pour cinq minutes. Mais ce sera difficile de l’avoir comme titulaire.

« C’est le cœur de notre équipe et il fait tout bien dans le vestiaire en attendant et je suis sûr que s’il ne peut pas être titulaire, les autres gars vont tout faire pour gagner à sa place. »

Pluie d’éloges pour les deux équipes

Jim Curtin est le genre d’entraîneur qui aime les choses simples et sans sidéréil a également mentionné que Steve Cherundolo était du même moule, une espèce en voie de disparition dans le football, selon l’opinion de Curtin.

Le ton était donc donné ; les deux entraîneurs, qui se connaissent d’ailleurs peu, se lançaient des fleurs.

« Steve n’a pas eu tout l’amour qu’il méritait dans notre équipe nationale. Il est ensuite venu ici et a trouvé le succès immédiatement tout en manœuvrant à travers une saison complexe, où il y avait de nombreux pièges », a commencé Curtin.

Cherundolo était l’autre finaliste pour l’entraîneur de l’année avec Wilfried Nancy affrontant Curtin, qui a finalement gagné. L’histoire de l’entraîneur de Los Angeles est intéressante, puisqu’il en est à sa première saison en carrière en MLS après avoir dirigé Las Vegas pendant un an en USL, lui qui a joué toute sa carrière en Allemagne avec Hanovre.

Bien organisé

Ce fut ensuite au tour de Cherundolo de chanter les louanges de ses vis-à-vis et du travail qu’il accomplit auprès de l’Union depuis 2014.

Il a été bref et concis sur ce qu’il aime dans le jeu proposé par l’Union, qui présente la meilleure défense de la MLS.

« Ils réussissent et ont une identité claire, et c’est très difficile à accomplir. Cela montre de la détermination et un travail acharné. »

«Ils sont extrêmement disciplinés et respectent les règles, cela les rend vraiment difficiles à perturber. »

difficile à affronter

Plus tôt dans la semaine, les joueurs de Black & Gold ont mentionné qu’il était difficile de jouer contre l’Union, et le commentaire a rendu Curtin heureux.

« C’est un beau compliment d’entendre qu’il est difficile de jouer contre nous, nous sommes à l’aise de jouer sans ballon. »

Curtin a rendu le compliment en énumérant les qualités de LAFC.

« De leur côté, ils exercent une pression très forte et opposent leur pression à celle de l’adversaire sur le bloc, on peut facilement se faire prendre et c’est difficile de coller à son plan de match. »

Notons au passage que l’Union a remporté une bonne partie des prix de fin de saison en MLS.

Curtin a été nommé entraîneur de l’année, Andre Blake a été nommé gardien de but de l’année, tandis que Jakob Glesnes a été nommé défenseur de l’année et Alejandro Bedoya a été honoré pour son implication communautaire. Ils ont ainsi mis la main sur la moitié des huit prix décernés.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.