Skip to content
Coupe Davis : le Canada bat l’Allemagne


Félix Auger-Aliassime a sauvé le Canada de l’Allemagne en quart de finale de la Coupe Davis jeudi à Malaga, en Espagne, en battant Oscar Otte 7-6 (1), 6-4.

Le Québécois ramène donc le score à 1 à 1 après le revers de Denis Shapovalov en lever de rideau. Le match de double fera donc office de bris d’égalité dans ce duel, la nation triomphante ayant rendez-vous avec l’Italie en demi-finale.

« FAA », sixième mondiale, a claqué 15 as, remportant pas moins de 89% de ses échanges avec sa première balle de service. Il n’a offert qu’une seule balle de break à l’Allemand (65e), se donnant six occasions de break.

« Pour moi, et pour l’équipe bien sûr, j’ai essayé de tout donner. Il y a beaucoup de stress, de tension. J’ai bien servi. Avec de la chance, nous gagnerons le prochain match et nous avancerons », a déclaré le vainqueur après son triomphe.

Shapovalov surpris

Shapovalov a été surpris par Jan-Lennard Struff, pourtant bien moins bien classé que lui. Il a perdu en trois sets de 6-3, 4-6 et 7-6 (2) lors du premier match de la journée.

L’Ontarien a multiplié les fautes dans ce match qui a duré 2 h 05 min. Il a commis 10 doubles fautes, qui ont en partie effacé les bénéfices de ses 18 as, en plus de 24 fautes directes. Il a notamment laissé passer une balle qu’il pensait hors-jeu avant qu’elle ne tombe dans les limites lorsque son adversaire a profité d’une balle de break en troisième manche.

« Shapo » a cependant fait preuve de résilience, profitant de sa cinquième balle de break du match pour revenir à service égal dans le neuvième jeu du dernier set, le tout pendant que Struff (152e) servait pour le match. Mais il n’a jamais été dans le jeu lors du bris d’égalité.

C’est aussi une sixième victoire en neuf affrontements pour Struff contre « Shapo ».

-Avec la collaboration de Jessica Lapinski



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.