Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Connor Bédard peut-il obtenir 100 points ?


Dominer dans les rangs juniors ne signifie pas automatiquement remplir les filets plus tard dans la LNH. Parlez-en à Jack Hughes et Alexis Lafrenière récemment, ou encore à Joe Thornton et Vincent Lecavalier.

Alors qu’attendre de Connor Bédard, pour qui les attentes sont énormes ? Combien de points peut-il raisonnablement espérer récolter lors de sa première saison dans la LNH, avec les Blackhawks de Chicago ? Essayons de répondre à cette question.

Pour réaliser la projection la plus réaliste possible, nous avons d’abord fait appel à nos amis du cabinet spécialisé en analyse avancée du sport Sportlogiq.

Que disent les chiffres?

Notre question était très simple : en revenant à vos premières analyses sportives, soit en 2016-2017, les meilleures performances de rookie étaient celles de Mathew Barzal (85 points en 83 matchs joués en 2017-2018), Auston Matthews (69 pts en 82 pd en 2016-2017), Elias Pettersson (66 pts en 71 pd en 2018-2019), Clayton Keller (65 pts en 82 pd en 2017-2018) et Patrik Laine (64 pts en 73 pd en 2016-2017).

Qu’avaient-ils en commun au cours de chacune de ces saisons ?

La réponse : À chaque occasion, ces recrues se sont classées parmi les 30 meilleurs joueurs de la LNH dans au moins une des sept facettes du jeu analysées.

Autrement dit, chacun d’eux faisait partie de l’élite de la LNH dans un élément de leur jeu, dès leur première campagne.

Dans le cas de Barzal, dont les 85 points sont à égalité avec Evgeni Malkin pour la troisième meilleure production d’une recrue en plus de 30 ans, il a terminé premier du circuit Bettman pour le temps de possession en zone offensive.

Matthews, dans son cas, a conclu la saison 2016-2017 avec le deuxième plus grand nombre de tirs réalisés dans l’enclave de la ligue, ce qui s’est traduit par une saison de 40 buts.

Dans son analyse, Sportlogiq nous a également fourni les statistiques établies par Bédard la saison dernière dans la Ligue junior de l’Ouest (WHL), pour ces mêmes sept catégories. Il a terminé premier dans cinq d’entre eux.

«Il a sans surprise complètement dominé la WHL dans tous les aspects, donc il ne serait pas surprenant de le voir immédiatement se retrouver dans le top 30 dans au moins une catégorie clé, et probablement plus d’une», a conclu Sportlogiq.


Avec qui va-t-il jouer ?

Un autre élément que l’on peut essayer de prédire sans avoir de boule de cristal est celui qui sera autour de lui.

Pas besoin de statistiques avancées pour se rendre compte que les Blackhawks de Chicago, sur le papier, ne seront pas une puissance dans la LNH. Vraiment pas.

L’organisation a recruté quelques vétérans, dont Taylor Hall, qui a récolté 36 points en 61 matchs la saison dernière à Boston, ainsi que Corey Perry et Nick Foligno. Dans le cas de ces deux derniers, leur signature s’explique davantage par leur présence dans le vestiaire que par leur apport offensif sur la glace.

Outre Hall, Tyler Johnson, Philipp Kurashev, Taylor Raddysh, Lukas Reichel et Andreas Athanasiou sont les noms qui viennent logiquement à l’esprit pour une position dans le top 6 et les deux premières vagues en avantage numérique.

En comparaison, Barzal a passé la majorité du calendrier 2017-2018 au sein d’un trio complété par Anthony Beauvillier et Jordan Eberle, et a joué dans la première unité de l’offensive massive des Islanders de New York avec John Tavares.

Le joueur qui se serait probablement rapproché de Barzal, voire le surpasserait, était Connor McDavid en 2015-2016. L’attaquant des Oilers d’Edmonton a récolté 48 points à ses 45 premiers matchs avant de subir une blessure qui a mis fin à sa campagne. À ce rythme-là, il aurait terminé avec 88 points en 82 matchs.

Et il l’a fait même si ses trois partenaires principaux étaient Jordan Eberle, Benoit Pouliot et Nail Yakupov.

Alors, combien de points ?

Connor Bédard n’aura pas beaucoup de soutien à Chicago et certains soirs seront très compliqués pour l’équipe de l’entraîneur Luke Richardson.

Nul doute que le jeune numéro 98 sera la pierre angulaire des Hawks en attaque et, donc, le point focal de toutes les équipes adverses. Mais est-ce vraiment nouveau ?

La saison dernière avec les Pats de Regina, Bédard était souvent seul sur son île, ce qui ne l’a pas empêché de réaliser une saison de 143 points en 57 matchs. À titre de comparaison, lors de sa dernière campagne dans la WHL avant de passer à la LNH, Barzal a récolté 79 points en 41 matchs. Si on transpose ça sur 57 matchs, comme Bédard, cela lui aurait donné 110 points.

Et Barzal avait 19 ans, contre 17 pour la nouvelle sensation.

Il n’est donc pas irréaliste de croire que Bédard puisse flirter avec les 85 points de Barzal. Peut-il se rapprocher des deux dernières recrues à avoir récolté 100 points, Sidney Crosby (102) et Alex Ovechkin (106), en 2005-2006 ? Peut-être pas, compte tenu du fait qu’il aura très peu de soutien à Chicago.

Compte tenu de son jeune âge et de l’équipe qui l’entourera, il devrait réaliser une saison de 78 points en 82 matchs.

journaldemontreal

Remon Buul

Chairman of the board of directors responsible for organizing and developing the general policy of the website and the electronic newspaper, he is interested in public affairs and in monitoring the latest international developments.
Bouton retour en haut de la page