Nouvelles localesPolitique

conditions, paiement, montant… Quels sont les changements ?


PRIME MACRON 2022. Les députés ont voté en faveur de la prime de partage de valeur. Pour qui ? Quel nouveau montant ? Qu’est-ce qui change avec cette nouvelle version ? Nous détaillons toutes les actualités.

[Mis à jour le 23 juillet 2022 à 13h01] Son adoption a été largement débattue puis finalement reconduite. Les eurodéputés ont voté en faveur du renouvellement et du triplement de la prime de partage de la valeur, anciennement « Prime Macron ». Cette prime instaurée après la crise des Gilets jaunes s’apparente à un « dividende salarié » comme aime à le nommer le chef de l’Etat. Nouveauté importante, le montant de cette prime de partage de valeur passe de 1 000 euros à 3 000 € pour tous, et de 2 000 euros à 6 000 € pour les entreprises ayant signé un accord d’intéressement ou celles dont le nombre de salariés est inférieur à 50. Petite subtilité supplémentaire, un employeur qui a déjà versé la prime (ancienne version) cette année, pourra la reverser à partir de 1 août 2022. Assez pour permettre aux employeurs de payer jusqu’à 8 000 euros de prime, au total, pour l’année 2022 (2 000 + 6 000). Pour cette année 2022, la clôture des paiements est fixée à 31 décembre 2022. Cette prime Macron est exonérée d’impôts et de cotisations sociales jusqu’au 31 décembre 2023, précisément. Côté employeurs, le versement de cette prime « PEPA » est basé sur le volontariat, il est juste obligatoire de respecter les plafonds en vigueur. Il leur appartient, dans la limite de ces plafonds, de verser la somme souhaitée.

Mais alors, qui est concerné par le versement de la prime Macron ? En réalité, tous les employés dont le salaire est inférieur à 3x le montant du salaire minimum sont des bénéficiaires potentiels. L’année dernière, 4 millions d’entre eux l’ont reçu, pour un montant moyen de paiement de 506 euros. Une information confirmée par le locataire de Bercy, au micro deRTL Lundi 18 juillet : « la prime Macron sera multipliée par trois, jusqu’à 6 000 euros pour les entreprises qui ont un accord d’intéressement. » Le locataire de Bercy précisant que « ce n’est que pour l’année 2022, si ça tourne mal en 2023, l’entreprise ne sera pas menacée ». Une déclaration qui fait suite à l’inquiétude légitime de certains patrons de PME, indécis face à une éventuelle hausse des salaires en cas de retournement brutal de la conjoncture économique. Veuillez noter que cette prime Macron sera soumise à la CSGla CRDS et leimpôt sur le revenu pour les cadres qui gagnent supérieur à 3x le salaire minimum.

Depuis 2019, les salariés peuvent bénéficier d’une prime exceptionnelle, exonérée d’impôts et de cotisations sociales appelée la « prime Macron ». Cette prime de pouvoir d’achat exceptionnelle (est versé par tout employeur qui le souhaite aux salariés, sous certaines conditions. Notamment si le salarié concerné ne dépasse pas un certain plafond de revenu. Ce dispositif d’exonération fiscale et sociale vise à inciter les employeurs à verser des primes à leurs salariés afin d’améliorer leur pouvoir d’achat. Il ne s’agit pas d’une prime d’Etat, mais d’une prime d’entreprise qui reste facultative et volontaire.

Pour être exonérée de cotisations salariales, la prime Macron ne peut excéder le montant de 1 000 €. Les entreprises qui ont un accord d’intéressement peut verser la prime Macron jusqu’à 2 000 €. Ce montant, doublé, est également valable pour les entreprises de moins de 50 salariés, et les travailleurs de deuxième ligne (si des mesures de revalorisation sont prises). Cette prime pourrait désormais tripler sur l’été, avec l’annonce de la facture du pouvoir d’achat prévue le 6 juillet 2022. Ensuite, le montant de cette prime PEPA pourrait atteindre jusqu’à 6 000 euros hors charges ni taxes. pour les entreprises bénéficiant d’un accord d’intéressement.

La prime exceptionnelle de pouvoir d’achat est exonérée d’impôt sur le revenu et d’éventuelles cotisations ou cotisations sociales. Mais alors, qui est éligible à la prime Macron ? Les salariés gagnant moins de 3 fois le Smic (sur les 12 mois précédant le versement). Cette prime Macron ne remplace aucun élément de rémunération. Déjà prolongée en 2021, la prime APE est renouvelé pour l’année 2022. A noter que l’employeur n’est pas obligé de verser la prime Macron. S’il souhaite le payer, il a la possibilité de le faire àtous ses employésou uniquement aux salariés dont la rémunération est inférieure à 3 fois le Smic.

En 2022, la prime Macron bénéficie aussi bien aux salariés et aux apprentis qu’aux intérimaires et aux agents publics. L’employeur peut totalement moduler le montant du versement de la prime PEPA selon le bénéficiaire en fonction de certains critères comme la rémunération du salarié, le niveau de classification du salarié, ses conditions de travail pendant la crise du Covid, ou encore son temps de travail sur un an.

La prime Macron est versée dans un délai prévu par la loi. Dans ce cas, entre le 1 juin 2021 et le 31 mars 2022. Que vous soyez fonctionnaire, salarié ou industriel, vous avez la possibilité d’en bénéficier. Avec le projet de loi sur le pouvoir d’achat, la réforme de la prime Macron devrait être annoncée à l’été 2022. La perte de la majorité absolue à l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron et le parti présidentiel a largement fragmenté le paysage politique. Malgré tout, le Conseil des ministres du jeudi 7 juillet 2022 a confirmé le triplement de la prime Macron jusqu’à 6 000 euros HT. Un moyen pour les salariés de verser un « dividende salarié » à leurs salariés, pour les récompenser de leur investissement.

Le montant de la prime Macron exonérée de cotisations est plafonné à 1 000 €. Cependant, ce montant peut tripler et atteindre 3 000 € en cas de majorité obtenue par le groupe LREM à l’Assemblée nationale à l’issue des élections législatives des 12 et 19 juin. Grande promesse de campagne du chef de l’État, elle pourrait entrer en vigueur cette année, au début de l’été avec la promulgation du projet de loi sur le pouvoir d’achat par le Premier ministre Elisabeth Borne.

Cette prime de pouvoir d’achat exceptionnelle pourrait aussi passer de 2 000 € à 6 000 € net d’impôt si l’entreprise payeuse a conclu un accord d’intéressement, compte moins de 50 salariés et pour les salariés de deuxième ligne (si des mesures de revalorisation sont prises).

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page