Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Concernant sa régulation d’Internet, Macron accuse X, Google et Meta de « ne pas vouloir continuer à jouer »


LUDOVIC MARIN / AFP « Ils ne veulent plus jouer » : Macron (ici le 1er novembre) attaque les réseaux sociaux pour leur régulation des contenus

LUDOVIC MARIN / AFP

« Ils ne veulent plus jouer » : Macron (ici le 1er novembre) attaque les réseaux sociaux pour leur régulation des contenus

POLITIQUE – Le modérateur de l’Elysée. Pour Emmanuel Macron, le « La confiance est réduite » avec les plateformes X (anciennement Twitter), Meta et Google dans leur mission de régulation des contenus en ligne.

Pour Meta et Google, « Le fait qu’aucun top manager n’était disponible ni à New York en septembre ni ici à Paris fait qu’ils ne veulent plus jouer »» a déploré le président français lors de l’inauguration du cinquième sommet de l’Appel de Christchurch, sur la lutte contre les contenus terroristes et extrémistes violents. comme vous pouvez le voir ci-dessous. (À partir de 6′)

Parmi les entreprises représentées vendredi après-midi à l’Elysée figuraient X, Amazon, Dailymotion, Microsoft, OpenAI ou encore Qwant. Mais ni Meta, maison mère de Facebook et Instagram, ni Google, dont YouTube est l’un des principaux services.

Macron pointe le X d’Elon Musk

« Quand on me dit qu’il y a 52 modérateurs pour X en français, il m’est difficile de considérer que le contenu est modéré »tant qu’il y a « 330 millions de francophones » dans le monde, a-t-il poursuivi, pointant ainsi du doigt le réseau social récemment acquis par Elon Musk. Et ironiquement : « Ces 52 personnes sont des génies ou ils ont beaucoup de travail ».

« Les secondes ne sont plus sérieuses, on devient moins coopératif »Il a une nouvelle fois critiqué le locataire de l’Elysée. « Quand des entreprises qui se sont engagées, qui nous ont dit de grandes choses, s’organisent pour ne pas être là et ne font pas ce qu’elles ont dit, la confiance est réduite, surtout lorsque d’autres continuent à faire le même travail. »a ajouté Emmanuel Macron.

«TikTok n’est pas sur la table car il faut clarifier les Etats, mais ils ont déjà 687 (modérateurs). Je dis cela pour créer de la concurrence, une bonne concurrence., a-t-il indiqué. Le chef de l’Etat français préside le cinquième sommet de l’appel de Christchurch, lancé avec la Nouvelle-Zélande après l’attentat de cette ville néo-zélandaise en mars 2019, pour améliorer « combattre les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne ».

Voir aussi sur le HuffPost :


Gn fr loc

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page