Politique

compenser sa suppression avec une partie de la TVA n’est « ni fait ni à faire », pour le PS


Pour l’élu PS, Arthur Delaporte, on « supprime un impôt […] dont certains sont déjà exonérés » pour le remplacer par « une taxe très injuste, la TVA, que tout le monde paie, même ceux qui n’ont pas de télévision ».

Article écrit par

Publié

Mise à jour

Temps de lecture : 1 minute.

« Ce n’est ni fait ni à faire »a dénoncé le député et porte-parole du Parti socialiste (PS) Arthur Delaporte ce samedi sur franceinfo, à propos de la suppression de la redevance audiovisuelle pour financer l’audiovisuel public et de la solution du gouvernement pour la remplacer. « Nous supprimons une taxe […] dont certains sont déjà exonérés » pour le remplacer par « une taxe très injuste, la TVA, que tout le monde paie, même ceux qui n’ont pas de télé », il s’indigne. En effet, « Lorsque vous êtes retraité au moins de la vieillesse, vous bénéficiez de l’Allocation Adulte Handicapé ou lorsque vous n’avez tout simplement pas de télévision à la maison, vous ne payez pas la redevance »il a rappelé.

L’élu socialiste reconnaît toutefois que la redevance audiovisuelle « n’est plus du tout une taxe appropriée »que c’est au contraire, « vieillissant et obsolète ». Néanmoins, « Est-ce en plein été, entre 9h et 10h, sans avoir pensé à rien du tout, ni discuté avec les responsables de l’audiovisuel public, les syndicats, les usagers, après avoir mené une grande réflexion, que nous menons une réforme d’une telle ampleur qui menacerait le service public de l’audiovisuel ?il a mis en cause, alors que l’Assemblée nationale votait, en première lecture, ce samedi en fin de matinée, l’abolition de la royauté.

L’élu PS lui est favorable « Taxe progressive » proposé par l’économiste Julia Cagé, pour assurer le financement de l’audiovisuel public, dont font partie Radio France et France Télévisions, a-t-il expliqué. Ainsi, « 8 millions de Français seraient totalement exemptés » de cette taxe, « même s’ils bénéficient du service public [de l’audiovisuel]4 millions de Français supplémentaires paieraient moins de 30 euros par an au lieu de 138 euros pour bénéficier du service public [de l’audiovisuel]et seuls les 10 à 15 % des Français les plus riches verraient leur contribution augmenter légèrement »s’est-il défendu au micro de franceinfo.

Comment chacun peut-il être mieux informé ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo est le partenaire



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page