Skip to content
comment la majorité veut relancer une campagne marquée par la polémique


Alexandre Chauveau

Depuis plusieurs semaines, la majorité doit faire face à des polémiques, autour de ses ministres et de la gestion de la finale de la Ligue des champions. A cinq jours du premier tour des législatives, et alors que les sondages sont en baisse, Emmanuel Macron veut donner un nouveau souffle à son parti dans la dernière ligne droite.

Dans cinq jours, les Français sont de nouveau appelés aux urnes pour les législatives. Selon un récent sondage BVA, 38% des Français sont intéressés par cette campagne. Un chiffre qui fait craindre une nouvelle abstention forte, après la présidentielle, qui est redoutée au sein de la majorité. La macronie craint de ne pas obtenir la majorité absolue. Pour preuve, Emmanuel Macron lui-même est descendu dans l’arène la semaine dernière, effectuant deux déplacements coup sur coup, le premier en un mois, et accordant une interview à la presse régionale où il exhorte les Français à le doter d’une majorité stable et sérieuse.

Une campagne marquée par la polémique

Le chef de l’État veut relancer une campagne quasi anesthésiée depuis sa réélection et en perte de vitesse depuis plusieurs semaines en raison de multiples polémiques, notamment autour du ministre Damien Abad et récemment au Stade de France. Les ministres actuels du gouvernement peinent à se faire élire dans leurs circonscriptions.

Macron occupera l’espace médiatique

Face à la majorité, se dresse une gauche unie autour de Jean-Luc Mélenchon, qui ne cache pas ses ambitions. Les derniers sondages donnent des projections à la baisse pour le parti présidentiel : entre 275 et 310 sièges, ce qui laisse entrevoir la possibilité d’une majorité qui ne serait pas absolue pour Emmanuel Macron.

Il lui faudrait alors faire des alliances de circonstance, hypothèse face à laquelle il veut absolument tout faire pour l’éviter. Le locataire de l’Élysée devrait donc occuper à nouveau l’espace médiatique cette semaine, pour souligner son action et continuer à s’en prendre à ses deux principaux adversaires : Marine Le Pen et Jean-Luc-Mélenchon.

europe1 Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.