Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Comment la guerre entre Israël et le Hamas a révélé l’inutilité de l’UE – POLITICO


Appuyez sur play pour écouter cet article

Exprimé par l’intelligence artificielle.

Au moins, l’Europe n’a plus à subir cette plaisanterie éculée d’Henry Kissinger sur la personne à appeler si l’on veut « appeler l’Europe ».

De toute façon, personne n’appelle.

Parmi la myriade d’illusions géostratégiques qui ont été détruites ces derniers jours, la réalisation qui fait le plus réfléchir pour quiconque réside sur le continent devrait être celle-ci : personne ne se soucie de ce que pense l’Europe. Dans toute une série de points chauds à l’échelle mondiale, du Haut-Karabakh au Kosovo en passant par Israël, l’Europe a été reléguée au rôle d’une ONG bien intentionnée, dont les contributions humanitaires sont saluées, mais autrement ignorées.

Le bloc des 27 membres a toujours eu du mal à articuler une politique étrangère cohérente, compte tenu des divers intérêts nationaux en jeu. Malgré cela, cela restait important, principalement en raison de la taille de son marché. L’influence mondiale de l’UE diminue cependant, dans un contexte de déclin séculaire de son économie et de son incapacité à projeter sa puissance militaire dans une période d’instabilité mondiale croissante.

Au lieu de la puissance « géopolitique » promise par la présidente de la Commission Ursula von der Leyen lors de son entrée en fonction en 2019, l’UE s’est transformée en une entité paneuropéenne. minnow, offrant un certain degré de perplexité aux vrais joueurs de la table supérieure, tout en s’embarrassant pour la plupart au milieu de sa cacophonie de contradictions.

Si cela vous semble dur, pensez aux dernières 72 heures : à la suite du massacre de centaines de civils israéliens par le Hamas au cours du week-end, le commissaire européen à l’élargissement, Olivér Várhelyi, a annoncé lundi que le bloc suspendrait « immédiatement » l’aide de 691 millions d’euros au Autorité palestinienne. Quelques heures plus tard, le commissaire slovène Janez Lenarčič a contredit son collègue hongrois, insistant sur le fait que l’aide « se poursuivra aussi longtemps que nécessaire ».

L’opération de presse de la Commission a été suivie d’une déclaration selon laquelle l’UE procéderait à un « examen urgent » de certains programmes d’aide pour garantir que les fonds ne soient pas canalisés vers le terrorisme, ce qui implique que de telles garanties n’étaient pas déjà en place.

Pour le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, l’issue de toute révision de l’aide aux Palestiniens était acquise d’avance : « Nous devrons soutenir plus, pas moins », a-t-il déclaré mardi.

Pour résumer : en seulement 24 heures, la Commission est passée de l’annonce qu’elle suspendrait toute aide aux Palestiniens au signal qu’elle augmenterait le flux de fonds.

La réponse de l’UE aux événements sur le terrain en Israël n’a pas été moins confuse. Alors même qu’Israël comptait encore les corps du massacre le plus horrible de l’histoire de l’État juif, Borrell, un critique de longue date du pays qui a effectivement été déclaré persona non grata là-bas, a eu recours aux deux côtés.

Borrell, un socialiste espagnol, a condamné « l’attaque barbare et terroriste » du Hamas, tout en réprimandant Israël pour son blocus de Gaza et en soulignant la « souffrance » des Palestiniens qui ont voté pour le Hamas au pouvoir.

L’approche de l’Espagnol contrastait fortement avec celle de von der Leyen, qui a condamné sans équivoque les attentats (bien que dans une série de tweets) et a fait projeter le drapeau israélien sur la façade de son bureau.

Ces mesures ont immédiatement suscité des protestations dans d’autres coins de l’UE, Clare Daly, une députée européenne de gauche enflammée d’Irlande, remettant en question la légitimité de von der Leyen et lui disant de « se taire ».

En milieu de semaine, déterminer la position de l’Europe sur la crise revenait à lancer des fléchettes – les yeux bandés.

Des mains ensanglantées

Comparez cela avec le message de Washington.

« En ce moment, nous devons être parfaitement clairs », a déclaré mardi le président américain Joe Biden dans un discours spécial à la Maison Blanche. « Nous sommes aux côtés d’Israël. Nous sommes aux côtés d’Israël. Et nous veillerons à ce qu’Israël dispose de ce dont il a besoin pour prendre soin de ses citoyens, se défendre et répondre à cette attaque. »

Biden a noté qu’il avait appelé la France, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni pour discuter de la crise. Notamment absent de la liste : aucun des « dirigeants » de l’UE.

Mardi, Borrell a organisé une réunion d’urgence des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Oman, où ils se réunissaient déjà, pour discuter de la situation en Israël. Le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, a refusé de participer, même à distance.

Ce n’est pas très surprenant, compte tenu du bilan de l’Europe concernant l’Iran, qui soutient le Hamas depuis des décennies et dont les dirigeants ont célébré les attentats du week-end. Bien que l’Iran nie toute implication directe, de nombreux analystes affirment que l’attaque soigneusement planifiée du Hamas n’aurait pas été possible sans la formation et le soutien logistique de Téhéran.

« Le Hamas n’existerait pas sans le soutien de l’Iran », a déclaré mercredi le sénateur américain Chris Murphy, démocrate membre de la commission sénatoriale des relations étrangères. « Il est donc un peu difficile de savoir s’ils ont été intimement impliqués dans la planification de ces attaques, ou s’ils ont simplement financé le Hamas pendant des décennies pour lui donner la capacité de planifier ces attaques. Il ne fait aucun doute que l’Iran a du sang sur les mains.»

Malgré les signes persistants des activités malveillantes de Téhéran dans la région, notamment la détention d’un diplomate européen en vacances en Iran, Borrell a cherché à plusieurs reprises à s’engager avec le régime pur et dur du pays dans l’espoir de relancer le soi-disant accord nucléaire avec les puissances mondiales qui Le président américain de l’époque, Donald Trump, a quitté le pouvoir en 2018.

L’année dernière, Borrell s’est même rendu en Iran pour tenter de relancer les négociations, malgré les vives objections du ministre israélien des Affaires étrangères de l’époque, Yair Lapid.

À tout le moins, Borrell est cohérent.

« L’Iran veut anéantir Israël ? Rien de nouveau à cela », a-t-il déclaré à POLITICO en 2019 alors qu’il était encore ministre espagnol des Affaires étrangères. « Il faut vivre avec. »

L’Europe doit désormais vivre avec les conséquences de cette politique malavisée et de sa perte de crédibilité en Israël, la seule démocratie de la région.

Le spectacle Charles Michel

Un autre exemple flagrant de l’impuissance géopolitique de l’Europe est celui du Haut-Karabakh, la région contestée de l’Azerbaïdjan, à prédominance arménienne.

Le conflit qui y couve depuis longtemps a été pratiquement oublié par la plupart des pays du monde, mais pas par le président du Conseil européen, Charles Michel, qui a lancé un effort diplomatique ambitieux plus tôt cette année dans un contexte de résurgence des tensions.

En juillet, Michel a accueilli les dirigeants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan à Bruxelles, la sixième réunion de ce type. Il a qualifié les discussions de « franches, honnêtes et substantielles ». Il a même invité les dirigeants à un sommet spécial en octobre pour une « réunion pentalatérale » avec l’Allemagne et la France à Grenade.

Ce n’était pas censé arriver. À ce moment-là, l’Azerbaïdjan s’était emparé de la région, envoyant plus de 100 000 réfugiés fuir vers l’Arménie. L’Europe, qui avait cruellement besoin de gaz naturel en provenance d’Azerbaïdjan, était impuissante à faire autre chose qu’observer.

Plus tôt ce mois-ci, Michel a imputé le fiasco à la Russie, traditionnellement protectrice de l’Arménie dans la région.

« Il est clair pour tout le monde que la Russie a trahi le peuple arménien », a déclaré Michel à Euronews.

Un schéma similaire s’est produit au Kosovo, où les Européens tentent depuis des années de négocier une paix durable entre les populations albanaise et serbe. Le principal point de friction est le statut de la partie nord du Kosovo, frontalière avec la Serbie, où les Serbes constituent la majorité des quelque 40 000 habitants.

Borrell a même nommé un « représentant spécial pour le dialogue Belgrade-Pristina et d’autres questions régionales des Balkans occidentaux ».

Le titulaire du poste, Miroslav Lajčák, ancien ministre slovaque des Affaires étrangères, n’a pas eu beaucoup de chance. Bien que Lajčák ait reçu ce titre grandiose il y a plus de trois ans, les partis sont aujourd’hui plus éloignés que jamais.

L’UE a dépensé des millions pour tenter de stabiliser la région, en finançant des organisations de la société civile, des écoles et même une force de police.

Cependant, lorsque les tensions ont menacé de dégénérer en combats totaux à la suite d’une incursion dans le nord du Kosovo par des milices serbes le mois dernier, l’UE a été contrainte de recourir à son mécanisme éprouvé de résolution de crise : l’Oncle Sam.

« Nous sommes critiqués pour notre manque de leadership en Europe, puis pour notre excès de leadership », a déclaré le diplomate américain Richard Holbrooke en 1998, après que Washington ait entraîné ses alliés européens réticents dans une tentative visant à mettre un terme à la campagne de « nettoyage ethnique » déclenchée par le dirigeant yougoslave Slobodan Milošević en 1998. Kosovo.

« Le fait est que les Européens n’auront pas de politique de sécurité commune dans un avenir proche », a ajouté Holbrooke. « Nous avons fait de notre mieux pour les garder impliqués. Mais vous pouvez imaginer jusqu’où j’aurais pu aller avec M. Milošević si j’avais dit : ‘Excusez-moi, Monsieur le Président, je serai de retour dans 24 heures après avoir parlé aux Européens.’

Affaire risquée

Il n’est pas nécessaire de chercher plus loin que l’Ukraine pour prouver que son argument n’est pas moins valable aujourd’hui. Même si l’UE a fait ce qu’elle pouvait, en fournissant des dizaines de milliards d’aide financière, humanitaire et militaire, cela est loin d’être suffisant pour aider l’Ukraine à tenir les Russes à distance. Sans le soutien américain, les troupes russes seraient stationnées tout le long du flanc oriental de l’UE, de la Baltique à la mer Noire.

La situation difficile de l’Ukraine met en évidence le fossé entre les aspirations géostratégiques de l’Europe et la réalité. Même si l’Europe n’avait pas prévu une invasion à grande échelle par la Russie, elle parlait depuis des années de la nécessité d’améliorer ses capacités de défense.

« Nous devons nous battre pour notre avenir nous-mêmes, en tant qu’Européens, pour notre destin », a déclaré Angela Merkel, alors chancelière allemande, en 2017.

Et puis rien ne s’est passé.

La réalité est qu’il sera toujours plus facile de s’appuyer sur Washington que de parvenir à un consensus européen sur la politique étrangère et les capacités militaires.

C’est pourquoi les discussions européennes sur la sécurité ressemblent plus à du football fantastique qu’à du risque.

Après que Biden ait décidé d’envoyer un porte-avions américain en Méditerranée orientale en réponse à l’attaque du Hamas cette semaine, Thierry Breton, le commissaire européen français, a déclaré que l’Europe devait réfléchir à la construction de son propre porte-avions. Même à Bruxelles, le commentaire n’a suscité qu’un soulagement comique.

Malgré tous les discours sur la nécessité pour l’Europe de jouer un rôle plus global, même les dirigeants des plus grands membres de l’UE, la France et l’Allemagne, ne semblent pas prendre cette question au sérieux.

Tandis que Biden se rendait dans la salle de crise de la Maison Blanche pour discuter de la crise en Israël, le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz étaient occupés à s’entretenir à Hambourg.

Après avoir convenu de redoubler d’efforts pour réduire les formalités administratives au sein de l’UE, ils ont fait une croisière dans le port avec leurs partenaires.

Les dirigeants ont célébré leurs délibérations fructueuses sur un quai local avec de la bière et du Fischbrötchen, un sandwich au poisson hambourgeois. Le soleil est même sorti.

Mais le plus important : personne n’a sonné.


Politico En2Fr

William Dupuy

Independent political analyst working in this field for 14 years, I analyze political events from a different angle.
Bouton retour en haut de la page