Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Comment aider les énergéticiens à financer la transition énergétique ? – POLITICO


La crise énergétique actuelle oblige les gouvernements à résoudre le problème des prix élevés alors que de nombreuses entreprises sont aux prises avec la hausse des coûts opérationnels et la volatilité des marchés. Des investissements accélérés dans les technologies vertes et la transition énergétique sont considérés comme la solution à long terme — cela se traduit par des objectifs plus ambitieux en matière d’économies d’énergie et de parts d’énergies renouvelables, tels que définis par le REPowerEU. Pour les atteindre, nous avons besoin d’investissements supplémentaires de 210 milliards d’euros jusqu’en 2027. Ce sera difficile, car nous assistons actuellement à la diminution des ressources financières qui pourraient être utilisées pour atteindre cet objectif. Par conséquent, la prochaine réforme de la conception du marché de l’énergie devrait trouver le juste équilibre entre la nécessité de protéger les clients vulnérables et la nécessité de garantir que les entreprises énergétiques disposeront de ressources suffisantes pour financer leur transition vers la neutralité climatique.

Des fonds publics et privés limités

La possibilité d’accéder aux marchés financiers sera considérablement limitée dans un monde de taux d’intérêt en hausse, de volatilité et d’incertitude importantes. Bref, le financement privé sera beaucoup plus coûteux qu’auparavant.

La crise énergétique actuelle frappe à la fois les ménages et les entreprises énergétiques de l’Union européenne. Des mesures temporaires pour résoudre le problème des prix élevés limitent davantage les ressources financières des entreprises de services publics. Dans de telles circonstances, obtenir des moyens financiers du marché ou des financements publics peut sembler une évidence, mais cela est actuellement plus complexe qu’il n’y paraît. La possibilité d’accéder aux marchés financiers sera considérablement limitée dans un monde de taux d’intérêt en hausse, de volatilité et d’incertitude importantes. Bref, le financement privé sera beaucoup plus coûteux qu’auparavant.

VIA PGE

Le financement public est actuellement poussé à ses limites puisque les gouvernements doivent se concentrer sur des mesures visant à protéger les citoyens et l’industrie de la hausse des prix. De plus, le financement public n’est pas ciblé sur un secteur spécifique, de sorte que toutes ces ressources ne sont pas disponibles pour le secteur de l’énergie — elles doivent être réparties entre différents secteurs, la production et la distribution d’électricité étant l’un d’entre eux. Même s’il existe certains outils destinés spécifiquement au secteur de l’énergie et à certains États membres, comme le Fonds de modernisation, ils ne sont pas suffisants. Le Fonds de modernisation vise à soutenir les investissements des États membres de l’UE à faible revenu dans la neutralité carbone, mais sa taille totale peut être (selon le prix du quota de l’Union européenne) d’environ 40 à 60 milliards d’euros pour tous les bénéficiaires. Pourtant, les besoins d’investissements liés à la transition énergétique se comptent en centaines de milliards d’euros. Une charge supplémentaire est impliquée par la hausse des coûts d’investissement, qui résulte de la rupture des chaînes d’approvisionnement, de l’augmentation de la main-d’œuvre, des matières premières et d’autres coûts d’approvisionnement.

Les coûts et les défis

Même avec des financements privés et publics, l’ampleur des investissements nécessaires est énorme. Selon le Perspectives énergétiques mondiales 2022 rapport de l’Agence internationale de l’énergie, dans le cadre du scénario « émissions nettes nulles » (ce qui signifie que la température moyenne mondiale est stabilisée à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels), environ 2 000 milliards d’euros d’investissements jusqu’en 2030 sont nécessaires dans les économies avancées : Pays de l’OCDE avec la Bulgarie, la Croatie, Chypre, Malte et la Roumanie. De plus, plus de 3 000 milliards d’euros seront nécessaires entre 2030 et 2050. C’est plus du double du montant investi en 2017-21. Ces coûts pourraient être encore augmentés en raison des incertitudes liées à la pénurie de main-d’œuvre, aux coûts des matériaux et à d’autres facteurs géopolitiques. Rien que pour la Pologne, les coûts de transformation des secteurs de l’électricité et du chauffage, ainsi que les mesures de protection nécessaires, pourraient coûter jusqu’à 135 milliards d’euros jusqu’en 2030. Cette somme comprend des besoins d’investissement de 66 milliards d’euros dans la production d’électricité, 18 milliards d’euros dans les réseaux de distribution , et 16 milliards d’euros dans la production et la distribution de chaleur.

Points de vue

Les investissements devraient inclure à la fois le soutien aux énergies propres, ainsi que les technologies nécessaires aux secteurs difficiles à décarboner comme le chauffage urbain.

Avec tous les déficits de financement public, les États membres et l’UE devraient les utiliser pour envoyer un signal clair indiquant quel type d’investissements devrait être soutenu par les marchés financiers. Ces investissements devraient inclure à la fois le soutien à l’énergie propre, ainsi que les technologies nécessaires aux secteurs difficiles à décarboner comme le chauffage urbain. Par exemple, le soutien à l’augmentation du pool de quotas ETS gratuits pour le secteur du chauffage urbain en échange d’investissements de décarbonation, comme proposé par le Conseil, est un pas dans la bonne direction.

Comment aider les énergéticiens à financer la transition énergétique ? – POLITICO
Wojciech Dabrowski, PDG de PGE Polska Grupa Energetyczna SA / VIA PGE

En outre, il est également nécessaire de se concentrer sur la conception du marché de l’énergie, sur laquelle la Commission européenne travaille actuellement. Les objectifs climatiques ambitieux de l’UE étaient basés sur la conception actuelle du marché. Sa centralisation et son évolution vers un « contrôle manuel » rendraient la décarbonisation vraiment difficile. Outre la garantie de la sécurité énergétique et la réalisation des objectifs climatiques, la nouvelle conception du marché de l’électricité devrait ouvrir la voie à la restauration des fondamentaux fondamentaux du marché. Sinon, les capitaux à investir dans le secteur de l’énergie en Europe seront acheminés vers d’autres marchés. Cela signifierait que l’objectif fondamental du programme de financement durable de l’UE, y compris le cadre de la taxonomie de l’UE (à savoir mobiliser des capitaux privés pour jouer un rôle significatif dans le financement de la transition énergétique), serait compromis.

Par conséquent, la conception du marché de l’énergie devrait étudier la nécessité de maintenir une sauvegarde fiable pour les énergies renouvelables intermittentes. La situation actuelle montre clairement qu’un marché uniquement énergétique n’est pas une option pour l’Europe. Étant donné que le modèle actuel de tarification marginale rend les prix de l’électricité dépendants du prix fixé par la dernière unité nécessaire pour couvrir la demande, les prix de l’électricité réagissent aux fondamentaux du marché et ont entraîné une réduction effective de la consommation de gaz naturel. L’exemple du mécanisme dit ibérique montre que même des interventions temporaires sur la fixation des prix sur le marché de gros peuvent avoir des effets non mérités sur la consommation de gaz naturel, ce qui empêche la répartition efficace de ce combustible dans l’ensemble de l’économie. Par conséquent, le découplage largement discuté des prix de l’électricité et du gaz peut conduire à un autre problème, avec une dépendance croissante à un carburant rare, au lieu de fournir une solution fiable et à long terme. L’impératif est de protéger les investissements dans les énergies renouvelables, ce qui signifie garantir un revenu ferme et bancable de ces investissements, c’est-à-dire sous la forme de contrats sur différence.

Concilier ces questions sera difficile mais nécessaire si nous voulons atteindre nos objectifs de durabilité et de neutralité climatique d’ici 2050.




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page