Politique

cinq questions pour comprendre pourquoi le gouvernement envisage de réglementer ces vols

Les jets privés entrent-ils dans une zone de turbulences ? Le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune, s’est dit favorable, samedi 20 août, à une régulation des vols de ces appareils, réservés à une clientèle très fortunée. « Je ne suis pas opposé à réfléchir à des formes d’interdiction de ces jets privés », a réagi pour sa part Manuel Bompard, député LFI des Bouches-du-Rhône, lundi 22 août. Franceinfo vous explique, en questions, pourquoi leur limitation est envisagée.

1Pourquoi les jets privés sont-ils impliqués ?

Un vol pour rejoindre East London depuis West London, un Paris-Bordeaux ou encore un Paris-Londres… Les trajets en jets privés des milliardaires français ont passionné les réseaux sociaux cet été. Ces trajets, très émetteurs de CO2 (le principal gaz à effet de serre émis par l’activité humaine), sont désormais scrutés par des comptes influents qui dénoncent leur absurdité à l’ère de la crise climatique. Car en plus de rejeter du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, nombre de ces trajets pourraient être effectués en train, en moins de 2h30.

Alors qu’Emmanuel Macron annonçait « un plan sobriété » l’énergie et que les manifestations du réchauffement climatique inquiètent en Europe, ce moyen de transport fait grincer des dents.

2Qui voyage en jet privé ?

Surtout les ultra-riches. Le propriétaire moyen d’un jet dispose d’une fortune de 1,5 milliard d’euros, selon le rapport intitulé « The Jet Traveler », réalisé par le secteur en 2018. Ces dernières années, l’aviation d’affaires s’est également développée en proposant des vols à la demande. En moyenne, il faut compter 5 000 euros pour une heure de trajet. Les passagers fortunés se sont massivement tournés vers ces offres personnalisées lors du ralentissement du trafic aérien provoqué par la crise du Covid.

La France et le Royaume-Uni sont les principaux pays accueillant des jets en Europe, selon l’ONG Transport & Environnement. En France en 2019, un avion sur dix au décollage était un jet privé et la moitié des trajets étaient inférieurs à 500 km.

Le moindre flottement des milliardaires français est désormais analysé par quelques influenceurs en France. Le compte baptisé « L’avion de Bernard » – 78 000 abonnés sur Instagram – suit ainsi le jet privé de LVMH, la société de Bernard Arnault, première fortune de France. « On suit l’avion, pas Bernard », précise le compte. Cependant, il est difficile de connaître les raisons des vols. Résultats pour mai 2022 : « 176 tonnes de CO2, 17 ans d’empreinte carbone d’un Français moyen »selon des calculs publiés sur les réseaux sociaux.

En Amérique du Nord, des célébrités comme le rappeur Drake et l’influenceuse Kylie Jenner ont également été épinglées pour des trajets de moins de 30 minutes. De nombreuses personnalités ont demandé que les informations sur les trajets de leurs jets ne soient plus publiées. En vain.

3A quel point ces avions sont-ils polluants ?

En une heure, un jet privé ne transportant qu’une poignée de personnes peut émettre jusqu’à 2 tonnes de CO2, selon un rapport de l’ONG Transport & Environnement publié en mai 2021. En comparaison, la moyenne annuelle des émissions mondiales d’un Européen est de 8,2 tonnes d’équivalent CO2.

Ainsi, par passager, un vol en jet privé émet 5 à 14 fois plus de CO2 qu’un vol commercial et 50 fois plus que le train, selon l’ONG. « Nous sommes dans une disproportion totale qu’il est urgent de réglementer», clame ainsi l’économiste Lucas Chancel sur franceinfo.

4Les vols en jet privé sont-ils réglementés ?

En France, depuis la promulgation de la loi Climat et Résilience en août 2021, les trajets pouvant être effectués en moins de 2h30 en train sont interdits en avion (article 145). Mais cette interdiction ne s’applique pas aux jets privés. « Si les super-pollueurs ont des super-dérogations, ce sera compliqué de demander aux Français de faire des efforts »souligne Lucas Chancel.

5Comment changer les pratiques ?

« Il est temps d’interdire les jets privés »a lancé Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, en Sortiele 19 août, après plusieurs semaines de polémique sur le voyage express des milliardaires. « Ce sont des voyages fantaisistes qui auraient pu être faits en train ou en avion commercial »a dénoncé le député vert.

La réaction du gouvernement a été rapide. Le lendemain, le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune, se dit favorable, dans un entretien accordé au Parisienà une réglementation de ces vols, jugeant que« il y a un certain nombre de comportements qui ne passent plus ».

Pourtant, le gouvernement envisage des options moins drastiques qu’une interdiction pure et simple : un engagement des entreprises et des propriétaires de ces appareils, une transparence accrue sur les trajets effectués ou encore l’intégration des jets privés dans le marché du carbone. Européen. « L’aviation d’affaires est une activité économique importante en France, il ne s’agit pas de l’interdire et le plus efficace est de définir des règles au niveau européen »a déclaré l’entourage du ministre des Transports à France Télévisions.



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page