Skip to content
« C’est l’heure du rappel » – les agences de l’UE soutiennent le troisième coup pour tous en demi-tour


Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a déclaré mercredi 24 novembre que les pays de l’UE devraient envisager des doses de rappel pour tous les adultes, en priorité pour les plus de 40 ans, afin de limiter la propagation du virus et de réduire le risque. d’une « charge très élevée » pour les systèmes de santé.

La recommandation intervient alors que plusieurs pays de l’UE ont signalé un nombre record d’infections quotidiennes et introduit de nouvelles restrictions – après le ralentissement du rythme de la vaccination.

Mais on assiste à un revirement majeur par rapport à ses directives précédentes – qui suggéraient en septembre que les injections de rappel ne devraient être administrées qu’aux personnes âgées et à celles dont le système immunitaire est affaibli, arguant qu’il n’était pas nécessaire de les administrer à la population générale.

« Combler le déficit de vaccination est une priorité », car cela laisse suffisamment de place à la propagation du virus, a déclaré la directrice de l’ECDC, Andrea Ammon.

Mais les injections de rappel peuvent aider à réduire la transmission du virus, a-t-elle ajouté.

On estime qu’avec l’arrivée de la variante Delta, l’efficacité du vaccin contre la transmission est tombée de 60 à 40 pour cent, tandis que les données suggèrent que l’effet de la deuxième dose commence progressivement à s’estomper après quelques mois.

Dans l’ensemble de l’UE, près de 66% de la population totale est entièrement vaccinée – mais il existe des différences significatives entre les États membres.

La Croatie, la Slovaquie, la Roumanie et la Bulgarie signalent toujours moins de 50 pour cent de la couverture vaccinale totale, alors que seuls quelques pays ont atteint le seuil de 75 pour cent recommandé par les autorités sanitaires.

« Mais il existe encore des sous-populations et des tranches d’âge dans lesquelles la couverture reste inférieure à celle souhaitée, même dans les pays qui ont atteint une bonne couverture vaccinale globale », a averti Ammon.

Faisant écho au même argument, Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccins à l’Agence européenne des médicaments (EMA), a déclaré que les boosters peuvent rendre les vaccins trois fois plus efficaces et aider à réduire la transmission pendant une période plus longue.

« C’est l’heure du rappel » pour tous ceux qui ont reçu leur vaccination complète il y a six mois, a-t-il déclaré.

Cependant, l’EMA n’a approuvé que l’utilisation des rappels Pfizer ou Moderna, alors qu’elle évalue actuellement la troisième dose du vaccin Johnson & Johnson.

À ce jour, Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson et AstraZeneca sont les seuls jabs approuvés dans l’UE.

Pendant ce temps, l’EMA évalue également divers nouveaux médicaments qui peuvent aider à réduire les hospitalisations et les décès de patients à risque de Covid-19 sévère, ainsi que les soi-disant cocktails de vaccins, basés sur l’idée de mélanger différents coups.

Dans l’UE, la République tchèque, la Slovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, la Hongrie, l’Allemagne et la Grèce offrent une troisième dose aux citoyens de tous âges. Et la Belgique a récemment déclaré qu’elle le ferait à partir de début 2022.

« Pas de baguette magique »

L’Autriche a récemment annoncé qu’elle imposerait la vaccination obligatoire à partir de février de l’année prochaine, devenant ainsi le premier pays de l’UE à adopter une telle approche et inspirant des débats similaires dans les pays voisins.

Le ministère allemand de la Santé envisage de rendre la vaccination obligatoire pour les travailleurs des maisons de soins infirmiers et des cliniques à partir de 2022, selon le magazine Spiegel.

La vaccination obligatoire devrait être envisagée « si nous ne sommes pas en mesure de convaincre davantage de personnes avec de bons arguments et des avantages médicalement justifiés pour les personnes vaccinées », a déclaré l’eurodéputé allemand Pieter Liese à EUobserver.

Cependant, Ammon a appelé à la prudence sur cette approche, arguant que « la vaccination obligatoire n’est pas une baguette magique » et pourrait avoir l’effet inverse, car « elle pourrait pousser les gens à rejeter davantage les vaccins ».

Noël en péril

Pendant la saison de Noël, des activités telles que les rassemblements sociaux, les achats ou les voyages, présentent « des risques supplémentaires importants pour l’intensification de la transmission de Delta », a averti l’ECDC, recommandant aux pays de réimposer des mesures restrictives.

Il s’agit notamment d’augmenter l’utilisation de masques faciaux, d’imposer le télétravail, de réduire l’encombrement dans les transports publics, de limiter le nombre de participants aux événements publics et de mettre en place des mesures de prévention dans les écoles et autres centres éducatifs.

De plus, l’ECDC a appelé les États membres à continuer de séquencer les échantillons positifs afin de détecter l’émergence de nouvelles variantes.

euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.