Skip to content
Carlos Tavares, « manager le mieux payé de l’histoire », selon le cabinet de conseil Proxinvest

Carlos Tavares, PDG de Stellantis, est le chef « le mieux payé de l’histoire », selon Loïc Dessaint, responsable des questions de gouvernance au sein du cabinet de conseil Proxinvest, invité jeudi 14 avril de franceinfo. Proxinvest, qui publie un classement annuel des rémunérations des dirigeants d’entreprise, étudie ce sujet « depuis 25 ans ». « En moyenne, dans le CAC40, on est autour de 4 ou 5 millions d’euros. Ici, on parle de 66 millions d’euros, c’est 13 fois plus, c’est absolument colossal »a expliqué Loïc Dessaint, en se basant sur l’estimation de laLa société de gestion PhiTrust, actionnaire minoritaire de Stellantis, qui a voté contre la rémunération de Carlos Tavares qu’elle estime à 66 millions d’euros, ce qu’un porte-parole de Stellantis a démenti, l’estimant à 19 millions d’euros. euros pour 2021, « le reste » étant seulement « des éléments hypothétiques sur le long terme, jusqu’en 2028 ».

>> Emploi : Stellantis veut supprimer 2.600 emplois en France

franceinfo : Avec cette rémunération, Carlos Tavares est-il le patron français le mieux payé ?

Loïc Dessaint : C’est même le mieux payé de l’histoire. Proxinvest étudie ce sujet de la rémunération des dirigeants depuis 25 ans, et c’est la rémunération la plus élevée de l’histoire. En moyenne, dans le CAC40, on est autour de 4 ou 5 millions d’euros. C’est déjà beaucoup d’argent comme compensation totale. On parle ici de 66 millions d’euros. C’est 13 fois plus, c’est absolument colossal.

« La norme est, par exemple, de ne pas dépasser 150% du fixe, pour un bonus annuel. Chez Stellantis, on est à près de 400% du fixe. »

Loïc Dessaint, responsable des questions de gouvernance au sein du cabinet de conseil Proxinvest

chez franceinfo

C’est presque extraordinaire, d’autant plus que nous avons une prime annuelle de 7,5 millions d’euros.

Les autres pays paient-ils encore mieux leurs patrons ?

A titre de comparaison, un grand patron d’une entreprise américaine gagne environ 15 millions de dollars. On peut trouver des situations anormales comme le patron de Tesla, Elon Musk. A l’inverse, les Japonais paient très peu. En Europe, la France est dans la moyenne. Les Suisses et les Britanniques paient un peu plus. Les Scandinaves et les Hollandais un peu moins.

On parle beaucoup des bonnes performances du groupe l’an dernier, mais peut-on parler d’un salaire mérité ?

Il n’y a aucune raison pour qu’il soit beaucoup plus payé que les hauts dirigeants de Renault ou de TotalEnergies. La rémunération des dirigeants est proposée au Conseil d’administration et soumise à l’approbation de l’Assemblée générale. Là, la particularité est que Stellantis est une société de droit néerlandais, non soumise à un vote contraignant comme c’est le cas en France. La France a été marquée par l’affaire Carlos Ghosn, lorsque l’assemblée générale des actionnaires de Renault a rejeté sa rémunération. Nous avons eu un débat démocratique et nous avions conclu en France qu’il n’était pas possible de maintenir une rémunération contre l’avis des propres actionnaires de l’entreprise. Le droit européen est plus souple que le droit français.

Il y a donc eu un vote consultatif. Le package de rémunération des dirigeants de Stellantis a également été rejeté par 52,12 % des votes des actionnaires, mais cela ne compte pas ?

En France, en cas de refus, Carlos Tavares n’aurait pas pu toucher ses primes annuelles et tous ses plans d’action. Il n’aurait que le montant forfaitaire, qui est de 2 millions d’euros. Ici, nous sommes aux Pays-Bas, la loi est différente. Mais je salue la position de BPI, la banque publique d’investissement qui siège en tant qu’administrateur au conseil d’administration, et qui a rejeté cette enveloppe. C’est une décision responsable. Désormais, il faut réussir à convaincre les deux autres actionnaires de référence que sont la famille Peugeot et la famille Agnelli.

« Le problème, c’est que John Elkann, le représentant de la famille Agnelli, préside le conseil d’administration de cette société et que lui aussi touche une rémunération stratosphérique. 7 millions d’euros pour un président du conseil d’administration, c’est beaucoup trop. »

Loïc Dessaint

chez franceinfo

Nous espérons que les choses vont bouger, que les administrateurs discuteront avec les actionnaires pour comprendre les raisons de ce rejet et modifieront la politique de rémunération de Carlos Tavares.



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.