Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Bruxelles s’en tient à ses armes pour couper l’argent d’Orbán – POLITICO


Les lignes de bataille sont maintenant définies dans la confrontation sur l’accès de la Hongrie aux fonds de l’UE.

La Commission européenne, l’exécutif de l’UE, a déclaré vendredi qu’elle ne modifierait pas une recommandation de suspendre 7,5 milliards d’euros des versements réguliers de l’UE à la Hongrie en raison de préoccupations concernant le recul démocratique dans le pays.

La décision est intervenue après que la France et l’Allemagne ont pressé la Commission d’évaluer si la Hongrie avait fait des progrès sur les réformes de l’État de droit depuis le mois dernier, lorsque la Commission a publié sa proposition pour la première fois. La demande des deux pays a précédé une décision en suspens que les pays de l’UE doivent prendre en décembre sur la suspension effective des fonds.

Dans un document publié vendredi, la Commission a fourni un tableau détaillé indiquant qu’il n’y a eu « aucun changement dans l’évaluation de la Commission » sur presque toutes les préoccupations décrites dans son analyse précédente.

La Hongrie a soumis de nouvelles informations à la Commission, a écrit le commissaire européen au budget Johannes Hahn dans la lettre, mais ces détails « correspondent largement à ceux déjà disponibles à la Commission ». Hahn a ajouté que bien que certaines mesures positives aient été prises, « des faiblesses et des risques » persistent.

Beaucoup ont supposé que la France et l’Allemagne demandaient l’examen actualisé en partie dans l’espoir que la Commission réduirait le montant des fonds qu’elle recommande de retenir à la Hongrie. Budapest bloque plusieurs problèmes clés – y compris l’aide cruciale de l’Ukraine et un taux minimum d’imposition des sociétés – et certains ont émis l’hypothèse que le pays pourrait lever son veto si l’UE assouplissait le chiffre de 7,5 milliards d’euros.

La France et l’Allemagne ont également indiqué qu’elles souhaitaient un examen plus récent pour garantir que toute suspension finale du financement est juridiquement valable. Séparément, certaines grandes capitales de l’UE craignent d’approfondir les divisions au sein du bloc à un moment où la guerre fait rage sur le continent.

Maintenant, le débat controversé passe au Conseil de l’UE, qui représente les pays de l’UE. Les responsables ont jusqu’au 19 décembre pour décider d’approuver, de réviser, de rejeter ou même d’ignorer complètement la recommandation de la Commission. Cela signifie que les 7,5 milliards d’euros pourraient encore être réduits – ou finalement accordés.


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page