Skip to content
Bois d’oeuvre: le gouvernement Trudeau fait allusion à des représailles contre Washington


Le gouvernement fédéral n’exclut pas la possibilité d’imposer des mesures de rétorsion pour lutter contre la hausse des tarifs américains sur le bois d’œuvre canadien.

C’est du moins ce que la vice-première ministre Chrystia Freeland a promis jeudi à la Chambre des communes, selon Global News.

« Nous ferons précisément ce que nous avons fait avec succès avec deux administrations américaines précédentes : nous présenterons notre cas de manière claire et rationnelle », a déclaré Chrystia Freeland.

« Nous disons aussi très, très clairement que le Canada est prêt à riposter, à défendre l’intérêt national », a ajouté Mme Freeland.

Bien qu’elle n’ait pas précisé les détails de ces mesures qu’Ottawa pourrait envisager, la vice-première ministre a fait allusion à la réponse du gouvernement libéral à l’ancienne administration du républicain Donald Trump concernant les tarifs punitifs sur l’acier et l’aluminium.

La décision de Trump est intervenue au milieu des négociations de l’Accord de libre-échange nord-américain en 2018.

L’arrivée de la nouvelle administration de Joe Biden ne semble pas changer la donne, les démocrates étant connus pour être beaucoup plus protectionnistes économiquement.

Washington a décidé de réduire le taux des droits compensateurs combinés sur le bois d’œuvre canadien à 17,9 %, contre 18,32 %, alors qu’il était à l’origine de 8,99 %.

journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.