Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Bertrand Chameroy se moque du remplacement de Pascal Praud et Laurence Ferrari dans « L’heure des pros »


 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

Dans sa chronique du mardi soir dans « C à vous » sur France 5, l’humoriste a analysé le talk-show de CNews animé exceptionnellement par Laurence Ferrari.

« La grippe est là ! » Désolé pour moi! Mais ses effets s’atténuent. Merci pour les messages de bon rétablissement. Prends soins de-VOUS. » Mardi matin, Pascal Praud Il s’est exprimé sur ses réseaux sociaux pour expliquer les raisons de son absence exceptionnelle sur CNews comme sur Europe 1. Malade, le journaliste a été contraint d’abandonner son poste. Dans «C’est l’heure des professionnels»sur la chaîne d’information, Eliot Deval puis Laurence Ferrari se sont succédé.

« Mon ami Pascal Praud ne se sent pas bien, donc c’est moi qui tenterai, peut-être en vain, de le remplacer dans ce beau spectacle », a expliqué ce dernier. Un remplaçant que Bertrand Chameroy n’a pas manqué d’analyser avec amusement dans sa chronique humoristique de mardi soir dans « C pour toi » à propos de France 5.

« Au final, Laurence Ferrari s’est transformée physiquement en Pascal Praud »

« Comment ? Pascal est malade ? »a lancé la chroniqueuse Anne-Elisabeth Lemoine, adoptant un air faussement déçu sur fond de musique triste. « Tout est parti, c’était mieux avant. « L’heure Ferrari » ça sonne déjà moche, ça sonne mauvais, ça sonne comme chez un concessionnaire automobile. Et surtout, Laurence n’est pas une personne du matin. »a-t-il ajouté avant de diffuser un extrait où Laurence Ferrari disait  » Bonne nuit «  à vos invités même s’il est 9 heures du matin

Pour Bertrand Chameroy, « Laurence Ferrari a rapidement pris la place de Pascal Praud » retransmettant de courtes phrases prononcées par ses chroniqueurs pendant la pause publicitaire, en les coupant ou en parlant avec la même intonation que le titre habituel. « Au final, il s’est transformé physiquement en Pascal Praud »Elle se terminait en montrant Laurence Ferrari avec des lunettes placées au milieu de son nez.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >


Gn fr enter

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page