Politique

Berlin se réchauffe aux plans français « Acheter européen » alors que les règles commerciales mondiales s’érodent – News 24


Appuyez sur play pour écouter cet article

Exprimé par l’intelligence artificielle.

BERLIN – Menacée par un nouveau paquet de subventions américaines qui pourrait marteler l’industrie européenne, l’Allemagne revient sur ses objections de longue date à des programmes tels que le « Buy European Act » de la France qui fixerait des dispositions sur l’achat de biens localement.

La sympathie croissante de Berlin pour l’approche française est un signe évident que l’Allemagne craint que l’ordre commercial traditionnel ne s’effondre, alors que Washington suit l’exemple de la Chine avec un soutien massif de l’État à l’industrie. En tant que l’une des nations les plus libérales de l’UE sur le plan commercial, l’Allemagne s’est généralement opposée aux propositions françaises de stratégie industrielle interventionniste, estimant que de telles mesures briseraient les tabous du libre-échange.

Le calcul est en train de changer, cependant, avant une réunion des ministres du commerce de l’UE à Bruxelles vendredi et une réunion entre le chancelier allemand Olaf Scholz et la première ministre française Elisabeth Borne à Berlin.

La loi américaine sur la réduction de l’inflation, qui accorde 369 milliards de dollars de subventions et d’allégements fiscaux aux entreprises vertes américaines, sera l’une des priorités des deux réunions. Les pays de l’UE craignent que la loi américaine n’aspire les investissements hors d’Europe et s’indignent des dispositions discriminatoires qui encouragent les consommateurs à « acheter américain » lorsqu’il s’agit d’acheter un véhicule électrique.

Alors que le temps des pourparlers de paix avec les États-Unis s’épuise avec peu d’espoir d’un accord, les responsables allemands parlent désormais non seulement de canaliser des milliards de subventions d’État vers des technologies vertes clés comme les batteries, l’énergie éolienne ou l’hydrogène, mais aussi de créer des exigences controversées qui privilégierait, au moins dans une certaine mesure, la production européenne.

Le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck, a déclaré jeudi que l’UE avait besoin d’une « réponse ferme » à la loi américaine, déclarant au quotidien allemand Handelsblatt que cela impliquerait des approbations plus rapides des décisions d’aides d’État par la Commission européenne, davantage de subventions et également « l’achat de produits locaux ». « 

Ce dernier point est crucial, car il tend vers un « Buy European Act » réclamé par le président français Emmanuel Macron, qui donnerait des préférences à l’utilisation de composants européens dans des industries cruciales, similaires à celles que la loi américaine offre aux produits américains. . Cependant, il est susceptible de contrarier d’autres partenaires commerciaux car ils seraient désavantagés.

Bien que de telles dispositions sur le contenu local puissent aider l’UE à éviter un exode d’industries clés et à garantir que le bloc reste dans la course pour produire des technologies vertes de nouvelle génération, y compris des véhicules électriques, elles sont considérées comme un sacrilège dans le système commercial international.

Le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck et le chancelier Olf Scholz, photographiés le 23 novembre 2022 | Tobias Schwarz/AFP via Getty Images

« La question du contenu local est très délicate, car elle est par définition très contraire au cœur des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui est de ne pas discriminer les entreprises étrangères », a déclaré Elvire Fabry, chercheuse senior à l’Institut Jacques Delors. .

Fabry a averti que l’UE « risque de franchir le Rubicon » et de perdre sa crédibilité en tant que gardienne des règles commerciales mondiales, dont l’UE dépend beaucoup plus que les États-Unis en raison de sa part élevée du commerce extérieur.

S’exprimant lors d’un sommet économique à Berlin mercredi, Habeck a reconnu que les actions de l’UE devraient rester conformes aux règles commerciales multilatérales « si possible », mais a également averti que, face aux pratiques commerciales déloyales des États-Unis et de la Chine, il ne suffisait pas de juste « critiquer et se plaindre ».

Habeck a déclaré que les exigences de contenu local étaient depuis longtemps « inconnues » de l’UE, mais a souligné que l’Europe avait déjà emprunté une telle voie dans le domaine de la production de micropuces.

Il a suggéré qu’une telle mesure pourrait bénéficier d’une exemption en vertu des règles commerciales mondiales tant que l’UE peut prouver qu’il ne s’agit pas de créer des avantages « nationaux », mais plutôt du « besoin stratégique de souveraineté, également dans le domaine de la politique énergétique ».




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page