Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la uneNouvelles

Benoît Payan réclame le suffrage universel pour élire le maire de Marseille, mais pas que


Le maire de Marseille Benoit Payan, le 29 janvier 2023.
CLÉMENT MAHOUDEAU / AFP Le maire de Marseille Benoit Payan, le 29 janvier 2023.

CLÉMENT MAHOUDEAU / AFP

Le maire de Marseille Benoit Payan, le 29 janvier 2023.

POLITIQUE – Donnez plus de pouvoirs aux maires. C’est l’appel de l’édile de Marseille, Benoît Payan, dans un entretien publié ce lundi 13 novembre dans Le Figaro, où l’élu socialiste réclame notamment l’instauration du suffrage universel direct pour élire les maires de Paris, Lyon et Marseille (PLM).

« Il est tout à fait légitime que les trois plus grandes villes de France adoptent le droit commun », plaide-t-il. Dans ces trois métropoles, divisées en arrondissements en raison de leur taille, la loi a changé en 1982 avec la loi de décentralisation. Depuis, l’élection des maires s’est déroulée en deux étapes.

La première étape est similaire à celle de quelque 35 000 communes en France. Les électeurs votent pour une liste présentée dans un secteur (ou une circonscription). Ils élisent ainsi les conseillers communaux qui forment le conseil communal, et ces derniers votent pour le maire d’arrondissement.

Pour un nouveau mode de vote

L’élection du maire de la ville se déroule dans une deuxième phase. En effet, seule une partie des membres de chaque secteur votera pour le conseiller de Paris, Marseille ou Lyon. Pour simplifier, ils sont comme les « électeurs » qui élisent les membres du Sénat.

Mais pour Benoît Payan, ce système n’est pas adapté. « Elles sont certainement plus grandes et ne peuvent pas être gérées comme une ville petite ou moyenne. Mais à Paris, Marseille et Lyon, le suffrage universel direct est requis pour les élections municipales. (votez directement pour un candidat, ndlr). Il n’y a aucune raison pour qu’il en soit autrement. Quant aux maires d’arrondissement, nous pourrions organiser leur élection le même jour et en parallèle.Il croit.

Dans cette interview, l’édile juge « qu’il faut donner plus de pouvoir aux maires » et celui-là « même si ce n’est pas dans l’air du temps ». Benoît Payan appuie ses propos en prenant l’exemple des Marseillais qui « des croix dans la rue » et qui te dit ça « la ville est bondée ». Mais ce n’est pas sa faute, dit-il : « Je n’ai pas le droit de m’occuper des questions liées à la propreté, car c’est la responsabilité de la métropole. »

Revoir la loi sur les mandats non cumulatifs

Benoît Payan se dit également peu convaincu de l’existence de la métropole Aix-Marseille-Provence, présidée par Martine Vassal, élue Les Républicains. « Il y a des métropoles qui fonctionnent, mais dans les grandes villes ça reste extrêmement compliqué. A Marseille, deuxième ville de France, l’ambiance est même kafkaïenne avec cette métropole d’Aix-Marseille-Provence. Entre ces deux grandes villes, les réalités économiques et sociales sont bien différentes… », souligne-t-il.

Il veut « ça change tout » parce que ce sont les maires qui se réunissent « en première ligne ». « Ce sont les piliers de la République, ils en sont les premiers représentants. C’est à eux que les Français sont attachés. il ajoute.

Enfin, Benoît Payan affirme que la loi de non-cumul des mandats qui interdit à un maire d’être également adjoint depuis 2013 doit être revue : « Beaucoup de députés n’ont jamais eu de responsabilités locales, ce qui crée des situations un peu décalées. (…) Il faut repenser la relation entre l’élu national et l’élu local. Sinon, nous resterons une politique purement politique, ce qui portera atteinte à notre démocratie. »

Voir aussi dans HuffPost :


Gn fr headline

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page