Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Beauce : 8 ans dans l’ombre pour un agresseur sexuel violent


Un Beauceron a été condamné à 8 ans de prison pour voies de fait multiples et agressions sexuelles violentes, lui qui est allé jusqu’à frapper par derrière un plaignant avec une chaise et à contraindre ses victimes à consommer de la drogue en leur insérant en force des comprimés dans l’anus.

Jean-François Asselin, 39 ans, a plaidé coupable mercredi à un total de 29 chefs d’accusation, dont plusieurs d’agressions sexuelles, voies de fait et menaces.

Les accusations portées contre l’homme s’étalent sur plusieurs années et concernent six plaignantes, dont cinq ont été agressées sexuellement. Asselin a été arrêté en février 2022.

La peine de 8 ans de prison prononcée au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce découle d’une suggestion conjointe entre la couronne et la défense. La procureure, Me Marie-Andrée Veilleux explique que le plaidoyer de culpabilité évite un long procès qui aurait été difficile.

« Ce sont tous des plaignants qui étaient vulnérables, pour qui c’était très difficile, donc le plaidoyer compte beaucoup. C’est quand même un soulagement pour eux que tout cela touche à sa fin », explique le procureur de la Couronne.

Agressions sexuelles violentes

Le résumé des faits présenté mercredi au juge Thomas Jacques a de quoi envoyer des frissons dans le dos. En tout cas, les victimes auront subi des pressions de la part de Jean-François Asselin pour des relations sexuelles. L’homme est intervenu dans cinq des six cas, malgré le refus des victimes.

A plusieurs reprises, l’accusé a fortement exhorté les femmes à consommer des stupéfiants pour « les rendre plus disposé [volontaires] ». En cas de refus, Asselin forçait la consommation.

« Monsieur lui criera dessus si longtemps qu’elle cède ou à deux autres reprises, M. Asselin lui enfoncera un comprimé de méthamphétamine dans l’anus avant ou pendant le rapport sexuel », décrit Me Veilleux à propos d’une des victimes, qui à l’époque était le conjoint du contrevenant.

Ce jeu sordide de consommation forcée s’est répété avec au moins deux autres victimes.

À d’autres moments, Asselin a également utilisé de force des jouets sexuels, causant de graves blessures à l’une de ses victimes, tout en étranglant une autre au point de perdre connaissance.

Frapper avec une chaise

Jean-François Asselin aura également abusé de ses victimes lorsqu’elles ont refusé ses demandes. Lorsque l’une d’elles a tenté de s’enfuir, l’accusé l’a violemment frappée dans le dos avec une chaise.

Lors d’un autre incident, il a poussé sa partenaire contre une colonne dans le salon de leur résidence avant de lui donner des coups de pied alors qu’elle était allongée sur le sol. Dans cette affaire, les premiers épisodes de violence avaient commencé alors que la dame était enceinte.

Une autre plaignante a également déclaré aux policiers que l’homme violent l’avait frappée au visage avant de lui lancer un objet, ce qui lui avait causé de profondes lacérations au front.

Parmi les six plaignantes, trois étaient les conjointes d’Asselin au moment des agressions, tandis que les trois autres étaient des amies ou des femmes rencontrées sur les réseaux sociaux. A l’une d’elles, qu’il avait ramenée de Trois-Rivières à son domicile de La Guadeloupe, il dira faussement qu’il était membre des Hells Angels, pour l’effrayer et lui faire craindre des représailles si elle ne lui obéissait pas.

Le criminel, à qui il reste six ans et demi de prison pour cause de détention provisoire, sera également inscrit au registre des délinquants sexuels pour une durée de 20 ans.

journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page