Skip to content
Baylor et l’USC perdent des saisons sans défaite


Scott May, Kent Benson, Quinn Buckner, Bob Knight et l’équipe de l’Indiana de 1975-76 peuvent dormir tranquilles. Encore.

Les deux dernières équipes invaincues de basket-ball universitaire masculin ont perdu mardi soir. Le n ° 1 Baylor a perdu à domicile contre le n ° 19 Texas Tech, 65-62, après avoir mené par 15 en première mi-temps. La défaite a été un choc : Baylor était un favori avec 11 points et, en tant que champion national en titre, il avait semblé imposant toute la saison, battant Stanford par 38, puis le non. 6 Villanova par 19 et remportant un tournoi solide aux Bahamas.

Mardi également, l’autre équipe invaincue, la n°5 de Californie du Sud, a perdu contre son rival du Pac-12 Stanford, 75-69. Une équipe de huit dernières la saison dernière, l’USC avait commencé sans classement dans le sondage Associated Press Top 25, mais s’est glissé en continuant à gagner. (Son record invaincu a également été aidé par l’annulation ou le report de trois matchs de conférence pendant les vacances en raison de problèmes de Covid.)

Les défaites de Baylor et de l’USC signifient que l’équipe de l’Indiana d’il y a longtemps conservera sa distinction en tant que dernier champion national invaincu.

À une certaine époque, les champions masculins invaincus de la NCAA n’étaient pas si inhabituels.

San Francisco a été le premier (1955-56), aidé de manière incommensurable par Bill Russell et KC Jones, et la Caroline du Nord a égalé l’année suivante. Ensuite, l’UCLA a presque rendu la perfection ennuyeuse, avec des saisons invaincues en 1963-64 (Gail Goodrich et Walt Hazzard), 1966-67 (Kareem Abdul-Jabbar) et consécutives en 1971-72 (Sidney Wicks et Henry Bibby) et 1972-73 (perdant Wicks, mais ajoutant Jamaal Wilkes et Bill Walton). Mais après Indiana en 76, la perfection a cessé.

Deux équipes se sont rapprochées. L’équipe de Larry Bird dans l’Indiana State de 1978-79 s’est qualifiée pour la finale sans défaite avant de s’incliner face à Magic Johnson et Michigan State. En 1990-91, le champion en titre UNLV était n°1 toute l’année et n’a perdu qu’en finale contre Duke. Pourtant, la longue sécheresse des équipes invaincues s’est poursuivie.

Mais ces dernières années, il y a eu une renaissance des saisons régulières parfaites. Wichita State l’a géré en 2013-14 avant de perdre au deuxième tour du tournoi contre le Kentucky. Une équipe chargée du Kentucky en 2014-15 qui comprenait les étudiants de première année Karl-Anthony Towns et Devin Booker est tombé face au Wisconsin lors du Final Four. Et la saison dernière, Gonzaga a atteint la finale sans tache avant de s’incliner face à Baylor.

Du côté des femmes, les champions nationaux parfaits sont encore monnaie courante. À lui seul, UConn a fait des saisons de championnat parfaites une habitude, les accomplissant en 1995, 2002, ’09, ’10, ’14 et ’16. Les équipes du Tennessee de 1998 et du Texas de 1986 l’ont également fait à l’époque de la NCAA.

Cette année, le Colorado est la dernière équipe féminine invaincue, mais elle n’est classée que 22e en raison d’un calendrier relativement faible. Cela changera s’il parvient à battre le numéro 2 Stanford vendredi.

Malgré les dernières équipes invaincues tombées du côté des hommes, vous ne diriez pas qu’il n’y a pas de bonnes équipes pour remplir un tournoi NCAA divertissant : il y a encore sept équipes avec une défaite et plus de 20 avec seulement deux.

Mais aucun avec zéro.


sports En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.