Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

Baisse de salaire : les vendeuses de Tupperware démissionnent


Les Québécois pourraient avoir de la difficulté à se procurer les fameux contenants de la marque Tupperware en raison d’une vague de démissions parmi ses vendeurs, mécontents depuis le début de la pandémie.

• Lisez aussi : Une vendeuse Tupperware gagne sa bataille

« Un des gros problèmes, c’est qu’on ne pouvait plus faire de soirées Tupperware avec nos clients avec les produits. C’est ce qui a fait le succès de la marque », explique Martine Gauthier.

Ce résidant de Saint-Stanislas, en Mauricie, a été gestionnaire chez Tupperware pendant 12 ans. En février dernier, elle a démissionné après avoir rapporté plusieurs millions de dollars de ventes à la société américaine.

« J’aimais vraiment mon travail et mes clients, mais cela a vraiment changé pendant la pandémie avec la direction de l’entreprise à Orlando qui ne nous écoute plus. […] Nous avons eu beaucoup de ruptures de stock. J’ai préféré partir », explique-t-elle.


Martine Gauthier a démissionné après 12 ans au sein de l'entreprise.

Photo de courtoisie

Martine Gauthier a démissionné après 12 ans au sein de l’entreprise.

Le cas de Martine Gauthier est loin d’être unique. Elle soutient qu’au sein de son organisation Tupperware, 25 administrateurs sur 40 ont tout lâché depuis 2020.

des dizaines d’autres

Le journal s’est entretenu avec une dizaine de vendeuses du Québec qui ont également quitté l’entreprise.

La majorité d’entre eux pensent que le modèle économique ne fonctionne plus à cause du COVID-19.

« J’essayais de faire des réunions Zoom avec des clients pour vendre les produits, mais ils ne se présentaient pas la moitié du temps. J’ai remarqué que c’était trop d’énergie et que mes ventes baissaient trop en 2021. Avec la pénurie d’emplois, je me suis remise à la restauration », raconte Nathalie Rochon, de Longueuil.

De son côté, la société a refusé de confirmer au Enregistrer s’il y avait une vague de démissions parmi ses employés dans la province.

« Nous avons entrepris un plan de redressement pour renforcer nos opérations, nos équipes, nos processus et nos systèmes », a déclaré Cameron Klaus de la société Tupperware par courrier électronique.

crash boursier

Selon le quotidien français Les échosla société a perdu un tiers de sa valeur boursière en mai 2022.

« Il est clair que la machine Tupperware est grippée », lit-on.

Benoit Duguay, professeur à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, n’est pas surpris de voir l’entreprise dans cette situation.

« Leur ancien business model est basé sur les contacts clients et cela ne fonctionne plus avec le COVID, c’est normal que cela se produise. […] Les contenants alimentaires sont sûrement plus achetés sur le Web aujourd’hui. Même les concessionnaires automobiles envisagent de devenir des entreprises uniquement en ligne à l’avenir », déclare Duguay.

– Avec Pascal Dugas Bourdon

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page