Nouvelles du monde

Avec des millions de personnes sans électricité, l’Ukrainien Zelensky accuse la Russie de « terrorisme énergétique »


KYIV, Ukraine (AP) – Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a accusé la Russie de se livrer au «terrorisme énergétique» après que les frappes russes sur le réseau énergétique ukrainien ont laissé des millions d’habitants sans électricité.

Environ 4,5 millions de personnes étaient sans électricité à travers le pays, a déclaré Zelenskyy dans son discours du soir. Le maire de Kyiv, Vitali Klitschko, a déclaré que 450 000 appartements dans la seule capitale n’avaient pas d’électricité vendredi.

« J’en appelle à tous les habitants de la capitale : économisez au maximum l’électricité, car la situation reste difficile ! » a écrit le maire sur Telegram. L’opérateur de réseau public Ukrenergo a annoncé vendredi que des coupures de courant d’urgence auraient lieu à Kyiv.

REGARDEZ: La Russie attaque l’alimentation électrique de l’Ukraine provoquant des pannes généralisées

La Russie a mené à plusieurs reprises des attaques de missiles et de drones contre des installations électriques ukrainiennes, en particulier ces dernières semaines. Dans son allocution, Zelenskyy a décrit le ciblage des infrastructures énergétiques comme un signe de faiblesse.

« Le fait même que la Russie recoure au terrorisme énergétique montre la faiblesse de notre ennemi », a-t-il déclaré. « Ils ne peuvent pas battre l’Ukraine sur le champ de bataille, alors ils essaient de briser notre peuple de cette façon. »

Zelenskyy s’est exprimé peu de temps après que les autorités nommées par Moscou dans la région occupée de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, ont déclaré que les troupes russes étaient susceptibles de quitter la ville de Kherson – une affirmation que les responsables ukrainiens ont accueillie avec un certain scepticisme.

L’administration régionale installée par le Kremlin a déjà déplacé des dizaines de milliers de civils hors de la ville, invoquant la menace d’une augmentation des bombardements alors que l’armée ukrainienne poursuit une contre-offensive pour récupérer la région. Les autorités ont retiré jeudi le drapeau russe du bâtiment administratif de Kherson.

La porte-parole militaire du sud de l’Ukraine, Natalia Humeniuk, a déclaré que le retrait du drapeau pourrait être une ruse « et nous ne devrions pas nous presser de nous réjouir ». Elle a déclaré à la télévision ukrainienne que certains militaires russes se déguisent en civils.

Les affirmations d’aucune des deux parties n’ont pu être vérifiées de manière indépendante.

Ailleurs, des responsables ukrainiens ont signalé avoir abattu des drones lancés par les forces russes : huit drones dans la région de Nikopol, qui a également fait l’objet de bombardements d’artillerie, et un autre drone au-dessus de la région occidentale de Lviv.

Le commandant des forces armées ukrainiennes, Valeriy Zaluzhny, a déclaré que les forces russes avaient « triplé l’intensité des hostilités sur certaines zones du front » et menaient « jusqu’à 80 attaques par jour ».
Le bureau de Zelenskyy a déclaré vendredi qu’au moins neuf civils avaient été tués et 16 blessés par des attaques en Ukraine au cours des dernières 24 heures.

L’armée russe a attaqué quatre villes proches de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia avec des drones et de l’artillerie lourde. Le gouverneur de la province de Dnipropetrovsk a déclaré vendredi que des maisons, des voitures et un gazoduc avaient été endommagés dans la nuit à Chervonohryhorivka, et que la ville était sans électricité.

Dans la province orientale de Donetsk, la ville de Pokrovsk a été la plus durement touchée, des attaques à la roquette endommageant une école et au moins 22 immeubles résidentiels, tuant un civil et en blessant six autres. Le gouverneur de la province de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a déclaré que 12 villes et villages avaient été bombardés, dont Bakhmut et Avdiivka, qui ont été particulièrement touchés ces dernières semaines.

Dans la province occupée de Kherson, l’armée ukrainienne a bombardé des bases et des installations logistiques russes, détruisant deux entrepôts de munitions, ont indiqué des responsables de l’armée ukrainienne.

La Russie a annexé illégalement les régions ukrainiennes de Kherson, Donetsk, Louhansk et Zaporizhzhia fin septembre et a ensuite déclaré la loi martiale dans les quatre provinces.

A Moscou, le président russe Vladimir Poutine a affirmé vendredi qu’il y avait toujours un flux constant de volontaires souhaitant rejoindre l’armée russe, avec 318 000 personnes déjà mobilisées. Les autorités avaient précédemment déclaré que l’objectif était de mobiliser quelque 300 000 réservistes.

Poutine a déclaré que 49 000 personnes sont déjà dans l’armée et effectuent des missions de combat, tandis que les autres sont toujours en cours de formation. Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré mardi que 87 000 hommes avaient été déployés en Ukraine. L’écart n’a pas pu être réconcilié immédiatement.

Lorsque la Russie a annoncé la campagne de mobilisation en septembre, des manifestations ont éclaté dans plusieurs régions et des dizaines de milliers de Russes ont fui le pays.

LIRE LA SUITE: Les pannes d’électricité se poursuivent en Ukraine alors que le gouvernement s’efforce de réparer et de stabiliser le réseau avant l’hiver

Poutine a également signé vendredi une loi autorisant la mobilisation militaire de ceux qui ont été condamnés pour certains crimes graves, y compris ceux qui ont récemment purgé une peine pour meurtre, vol et trafic de drogue.

L’armée russe a déclaré avoir frappé une usine de moteurs de fusée dans la ville de Pavlohrad, dans la province de Dnipropetrovsk, ainsi qu’une usine produisant des roquettes pour plusieurs systèmes de lancement de fusées dans la ville de Kharkiv, dans le nord-est du pays. L’Ukraine n’a pas confirmé les attaques.

En mer Noire, les forces armées ukrainiennes ont déclaré que « le fonctionnement des corridors céréaliers se poursuit », selon le plan. La Russie a accepté mercredi de rejoindre un accord de guerre négocié par les Nations Unies et la Turquie, permettant aux céréales ukrainiennes d’être expédiées vers les marchés mondiaux. Moscou avait suspendu sa participation à l’accord sur les céréales au cours du week-end, citant une prétendue attaque de drone contre sa flotte de la mer Noire en Crimée.

Comme condition pour revenir à l’accord, la Russie a exigé que le grain soit envoyé aux pays les plus pauvres, arguant que la majeure partie se retrouvait dans les pays les plus riches. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré vendredi qu’il avait discuté de la question de la priorité accordée aux pays les moins développés pour les expéditions de céréales lors d’un appel avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Erdogan a déclaré qu’il avait également discuté de la possibilité d’envoyer gratuitement les céréales aux pays confrontés à la famine, lors d’un récent appel avec Poutine, et les deux dirigeants prévoyaient de poursuivre les discussions sur le sujet lors d’une réunion du Groupe des 20 à Bali ce mois-ci.

gb7

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page