Nouvelles locales

Audi RS 6 : les quatre générations du modèle réunies pour ses 20 ans


Lancée en 2002, l’Audi RS 6 Avant a connu un succès inattendu. Elle a largement contribué à la réputation du constructeur à l’échelle mondiale même si sa distribution était limitée à certains marchés et que la seule RS6 vendue en Amérique du Nord était la berline de première génération en 2003.

L’année 2022 marque donc le vingtième anniversaire de la RS 6, et l’occasion était belle d’entrer en contact avec le modèle actuel et ceux des générations précédentes sur les magnifiques routes des Rocheuses en Alberta.

Photo : Tobias Sagmeister

Chez Audi, les quatre générations de RS6 sont appelées en interne C5, C6, C7 et C8, cette dernière étant le modèle actuel. dur à cuire propulsé par un V8 biturbo de 590 chevaux. A l’occasion des 20 ans de l’Audi RS 6, Le Guide de l’auto vous propose un aperçu des quatre générations de ce modèle.

Le C5 de première génération

Audi RS 6 : les quatre générations du modèle réunies pour ses 20 ans

Photo : Tobias Sagmeister

Pendant de nombreuses années, Stephan Reil a été à la tête de Quattro GmbH, la filiale haute performance d’Audi, aujourd’hui connue sous le nom d’Audi Sport.

Heureusement, il a été mon compagnon de route durant une partie de ce périple de plus de 600 kilomètres dans les Rocheuses au cours duquel il a parlé, parfois avec une franchise étonnante, du développement et de l’évolution de la RS 6 depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui.

Issu de la C5 de première génération, propulsée par un V8 biturbo, Stephan Reil révèle que l’origine de ce projet s’inscrivait dans la suite logique du lancement de la RS 4, qui avait été un grand succès. Cette RS 6 de première génération avait pour mission de délivrer des performances spectaculaires sans attirer l’attention tout en conservant une allure sobre. « A l’occasion de la première mondiale de la RS 6 au salon de Genève, le magazine allemand Auto Motor Und Sport a écrit que la RS 6 « n’était pas ostentatoire et n’avait aucune présence », donc il semble que notre plan ait bien fonctionné… », déclare Stephan Reil.

Audi RS 6 : les quatre générations du modèle réunies pour ses 20 ans

Photo : Tobias Sagmeister

La particularité de cette première RS 6 est qu’elle a été assemblée à 80% sur la chaîne de montage A6, toutes les voitures étant ensuite modifiées dans un hall dédié à cette opération. « Les techniciens ont d’abord installé les échangeurs, puis l’admission, puis ajouté les pièces de carrosserie et les jantes qui étaient trop larges pour la chaîne de montage. De cette façon, nous avons pu produire 20 RS 6 par jour », explique Reil.

La C6 et son V10 biturbo

Audi RS 6 : les quatre générations du modèle réunies pour ses 20 ans

Photo : Tobias Sagmeister

Le succès de la première RS 6 C5 a conduit à penser à sa deuxième génération. Lorsqu’on lui a demandé s’il y avait eu une consommation d’alcool avant l’autorisation de concevoir un nouveau V10 biturbo pour ce modèle, Reil répond avec humour : « Non, pas d’alcool. C’était l’époque où on avait des grosses boules ! »

Après un bon éclat de rire, il poursuit en disant qu’il voulait démontrer à la concurrence allemande ce qui était techniquement possible. Ce V10 de 5,0 litres à double turbo et à carter sec était l’un des trois moteurs V10 produits par Audi, les deux autres étant un V10 atmosphérique de 5,2 litres utilisé dans la S8, et l’autre étant une version plus avancée, avec un limite de régime plus élevée du même moteur, pour animer la sportive R8 ainsi que la Lamborghini Gallardo. A cette époque, le moteur de la RS 6 développait 80 à 100 chevaux de plus que ceux des BMW M5 et Mercedes-Benz AMG.

Audi RS 6 : les quatre générations du modèle réunies pour ses 20 ans

Photo : Tobias Sagmeister

Il suffit de soulever le capot d’une RS 6 de deuxième génération pour constater qu’absolument tout l’espace sous le capot est occupé, et que le sol n’est visible que lorsque l’on regarde vers un seul espace à peine plus large qu’un ongle. « Si vous versez un seau d’eau sur ce moteur, vous verrez que l’eau n’atteint pas le sol », plaisante Reil.

En prenant le volant de cette RS 6 lors des lacets de Banff à Norquay, deux choses sont rapidement devenues évidentes. Tout d’abord, ce moteur est un monstre de couple, mais la réponse de l’accélérateur présente un long décalage qui oblige à appuyer sur l’accélérateur immédiatement après avoir tourné le volant pendant un tour pour que le couple soit délivré au sommet. Bref, il faut se conditionner à faire quelque chose qui n’est pas naturel pour pouvoir exploiter pleinement ce moteur. L’autre constat est que la dynamique n’est pas le point fort de cette génération de RS 6 puisque sa répartition du poids est de 60 % sur l’essieu avant et de 40 % sur l’arrière.

Retour au V8 pour la C7

Audi RS 6 : les quatre générations du modèle réunies pour ses 20 ans

Photo : Tobias Sagmeister

Pour la troisième génération de la RS 6, Reil et son équipe souhaitaient absolument améliorer la dynamique et c’est pourquoi le choix s’est naturellement porté sur le V8 biturbo, plus léger, mais aussi moins puissant de 20 chevaux par rapport au V10 biturbo. .

Reil explique que le service commercial était contre l’idée de proposer un nouveau modèle avec un moteur moins puissant, mais qu’il a trouvé le moyen de convaincre les responsables commerciaux et marketing en leur faisant piloter un prototype de la C7 sur circuit. Plus léger et surtout plus maniable car mieux équilibré, le prototype se révèle plus rapide. Les collègues des ventes et du marketing ont compris l’évidence. « A la fin de la journée, ils sont venus me voir en me disant : ‘Encore une fois, les ingénieurs ont raison !’ »

Audi RS 6 : les quatre générations du modèle réunies pour ses 20 ans

Photo : Tobias Sagmeister

De toutes les RS6 que j’ai conduites durant ce périple, c’est avec la C7 de troisième génération que l’émotion a été la plus intense en raison de sa sonorité bien plus typée que celle des générations précédentes et même celle de la C8 actuelle.

Le total pour le C8

Audi RS 6 : les quatre générations du modèle réunies pour ses 20 ans

Photo : Tobias Sagmeister

En conclusion, c’est le modèle C8 de quatrième génération actuel qui résume le mieux tout ce que la RS 6 a exprimé auparavant et c’est celui que j’ai préféré. Son regard corps large est très expressif, et l’ajout des quatre roues directrices actives le rend très maniable malgré sa taille.

Bref, la technologie la plus avancée et la plus récente est la garantie de performances très élevées et d’une dynamique se rapprochant de celle d’une voiture de sport. La voiture à tout faire, polyvalente et performante à la fois, c’est l’actuelle RS 6…

En vidéo : notre essai de l’Audi RS 6 2020



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page