Nouvelles locales

Au large de la côte est américaine, de plus en plus de requins blancs


C’est un succès de protection animale aux répercussions malheureuses : les grands requins blancs se sont multipliés ces dernières années au large de la côte est américaine, augmentant la probabilité de rencontres malheureuses avec les nageurs.

• Lisez aussi : Attention aux requins près des plages américaines

• Lisez aussi : Deux femmes tuées par un requin en mer Rouge égyptienne

Chaque année, pendant les mois d’été, ces prédateurs remontent la côte atlantique des États-Unis, vers la Nouvelle-Angleterre. Le pic de la saison se situe entre août et octobre.

À Cape Cod, Massachusetts, le personnage principal du Dents de mer est ainsi devenu une attraction touristique, ornant casquettes et t-shirts. Mais des plages ont également déjà dû être temporairement fermées cette année à cause de la présence de l’animal.

Près de 300 grands requins blancs ont été marqués au fil des ans, et une dizaine d’entre eux sont déjà présents dans la zone, selon Gregory Skomal, biologiste des requins pour l’État du Massachusetts. Il estime que plus d’une centaine de grands requins blancs peuvent traverser ces eaux chaque année.


Au large de la côte est américaine, de plus en plus de requins blancs

Des réglementations ont été mises en place dans l’Atlantique depuis les années 1990 pour les protéger de la pêche.

« Il y a une augmentation générale de la population, ce que nous pensons être un rebond après (…) des niveaux de surexploitation très élevés », explique-t-il à l’AFP, même s’il reste difficile de donner une estimation précise de leur nombre.

De plus, les requins blancs ont tendance à nager de plus en plus près du rivage pour chasser l’une de leurs proies préférées : les phoques. Eux aussi ont été protégés et leur nombre ne cesse de croître.

Résultat : plus de requins, s’aventurant plus près des zones de baignade.

« Les attaques de requins sont très rares, mais au cours des dix dernières années, nous en avons vu plus », explique Gregory Skomal.

morsures

Dans l’Etat de New York, le gouverneur vient d’annoncer des patrouilles de surveillance supplémentaires, notamment par drone ou hélicoptère.

Sur les plages touristiques de Long Island, plusieurs morsures de requins ont déjà été signalées par la presse – le requin blanc n’est pas forcément responsable, plusieurs autres espèces évoluant dans la région, notamment les requins tigres et les requins bouledogues.

Ce nombre d’attentats est inhabituel, après trois ans sans en déplorer aucun.

Selon Gavin Naylor, directeur d’un programme de recherche sur les requins à l’université de Floride, cette observation est liée à la présence accrue cette année de certains poissons attirant les prédateurs, possiblement en raison des courants chauds.

Mais si localement les choses peuvent ainsi fortement varier d’une année à l’autre, au niveau mondial, environ 75 attaques de requins sont encore enregistrées chaque année – après une chute à environ 60 pendant les deux années de la pandémie. Le nombre de morts est d’environ cinq.

Au cours des vingt dernières années, seuls deux décès ont été signalés dans le nord du Delaware aux États-Unis, à Cape Cod en 2018 et dans le Maine en 2020.

Mais à l’avenir, il est raisonnable de penser que le nombre de victimes va augmenter. « Il y a plus de requins blancs, donc la probabilité va augmenter. (…) Il y aura plus de piqûres », a résumé Gavin Naylor. Pour le moment, les variations générales observées ne sont pas statistiquement significatives, selon lui.

Les surfeurs, qui s’aventurent plus loin dans l’eau, représentaient la moitié des attaques non provoquées en 2021. Plus au sud, la Floride, avec ses nombreuses plages touristiques et son climat tropical, concentre encore 60 % des attaques américaines — et près de 40 % des attaques mondiales.

Limitez les risques

Les requins sont loin des bêtes sanguinaires parfois représentées dans les films. Des études ont montré qu’ils peuvent confondre les surfeurs ou les nageurs avec leurs proies habituelles, notamment les requins blancs, qui ont une vue plutôt médiocre.

« Avec autant de personnes dans l’eau à travers le monde, si les requins préféraient se nourrir de proies humaines, nous aurions des dizaines de milliers d’attaques chaque année », explique Gregory Skomal.

Avec le changement climatique, l’expert s’attend à ce que l’augmentation des températures des océans allonge progressivement la saison pendant laquelle les requins sont présents dans le nord des États-Unis.

Alors que faire pour limiter les risques ?

Une application existe pour que chacun puisse signaler avoir vu un requin.

Dans l’eau, « regardez autour de vous », conseille Nick Whitney, scientifique du New England Aquarium. Si un grand nombre d’oiseaux chassent des poissons, « cela signifie probablement que des requins qui s’en nourrissent également sont présents ».

Et en cas de morsure, le vrai danger est le saignement, il est donc important de se rendre à terre et de contrôler le saignement jusqu’à l’arrivée des secours.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page