Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la uneNouvelles

Au Kremlin-Bicêtre, la guerre entre Israël et le Hamas complique les relations entre juifs et musulmans


Dans cette commune du Val-de-Marne, la mosquée et la synagogue ont été construites l’une à côté de l’autre. Mais depuis les attentats du 7 octobre, le mur qui sépare les deux lieux de culte a été consolidé.

Face aux policiers qui l’interrogent, l’homme maintient une ligne de défense surprenante. Si je filmais la synagogue du Kremlin-Bicêtre en ce début d’après-midi d’octobre, « C’est pour la beauté du bâtiment, rien de plus », » déclare-t-il, veste noire sur le dos et sac sur l’épaule, avant de repartir libre. La date de l’incident pose cependant question : « Pourquoi faire cette vidéo quelques jours seulement après les attaques du Hamas en Israël ?» demande le maire de la ville, Jean-Luc Laurent.

Dans la ville du Val-de-Marne qu’il dirige, « Les relations entre les communautés musulmane et juive sont un modèle et j’espère qu’elles continueront à l’être », insiste l’élu. Le dialogue interreligieux est même une affaire de quelques mètres : la mosquée et la synagogue ont été délibérément construites sur le même terrain, la première au 35 Kennedy Street, la seconde au 41.

« Le temps est lourd »

Mais les attaques terroristes, puis la réponse de l’armée israélienne, se sont propagées les relations. IL Le simple mur de tôle qui sépare les deux lieux de culte semble désormais plus grand, plus épais, comme infranchissable. « Disons simplement que ce n’est pas si fluide. »», euphémise Albert Myara, président de la communauté juive du Kremlin-Bicêtre. « C’est vrai que le climat est rude »reconnaît son homologue musulman, Mohammed Khodja.

Au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), la mosquée et la synagogue sont situées dans la même rue.  (RAFAËL GODET / FRANCIAINFO)

Depuis le 7 octobre, les deux responsables se sont parlé une fois, et « Ça a duré cinq minutes. » « Mohammed m’a appelé plus tard attaques pour présenter ses condoléances à la communauté juive après le massacre. « Ça m’a vraiment ému. » dit Albert Myara. Depuis, « Ni lui ni moi n’avons cherché à nous rencontrer ».

Dans un échange de messages consulté par franceinfo, l’un écrit à l’autre ce qui suit : « J’espère que tu vas bien depuis notre dernière conversation. » Un peu maigre pour les hommes qui ont eu des conversations. jusque-là, qui étaient traditionnellement chargés de se souhaiter « Joyeux Aïd » SOIT « Passez un bon Ramadan. » Ils a organisé une conférence interconfessionnelle dans la ville en mai dernier. « Cette année, nous l’avons fait à la mosquée. Je les ai ensuite invités à venir au Shabbat. » se souvient Alberto Myara.

« Nous avons des relations très amicales, nous sommes amis. En fait, nous ne nous sommes pas vus depuis des semaines. »

Albert Myara, président de la communauté juive du Kremlin-Bicêtre

sur franceinfo

« Ce silence constitue un véritable obstacle au dialogue sincère et authentique entre nos communautés.« poursuit Albert Myara. Le groupe WhatsApp de l’Association interculturelle du Val-de-Bièvre (AIVB), qui regroupe des représentants des communautés catholique, juive, musulmane et protestante du territoire, semble également avoir été mis au silence. La dernière interaction a eu lieu le 13 octobre. La déclaration commune appelant à la paix est restée sous forme de projet. « Tout est gelé. Ce qui se passe là-bas, au Moyen-Orient, n’est ni de leur faute ni de la nôtre. Mais nous en reparlerons plus tard. » raconte Ahmed, la quarantaine, aperçu en train d’enfiler ses chaussures dans la cour de la mosquée.

Une période « pas idéale pour les activités communes »

Quel sens alors s’entêter à maintenir les quelques manifestations communes prévues avant le 7 octobre ? La journée portes ouvertes à la synagogue et à la mosquée, prévue Le 21 novembre a-t-il une signification ? « Pour le moment, il se maintient, promesses Mohammed Khodja. Mais cela dépendra de l’évolution des choses au Moyen-Orient. « S’il y a une aggravation de la situation d’un côté ou de l’autre, ce sera sûrement compliqué. »

Albert Myara, chef de la communauté juive du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), le 8 novembre 2023, devant des photographies des victimes de l'attaque du Hamas en Israël.  (RAFAËL GODET / FRANCIAINFO)

Que faire aussi avec Concert interreligieux prévu le 12 décembre au théâtre municipal du Kremlin-Bicêtre ? Les affiches n’ont pas encore été imprimées et les billets ne sont pas encore mis en vente. Albert Myara pousse un long soupir. « Compte tenu du risque sécuritaire, certains demandent le report de notre concert. Nous déciderons dans les prochains jours si nous le conservons ou non..« 

Devant lui, sur un mur de la synagogue, les visages de plusieurs dizaines de victimes des attentats du 7 octobre. Ci-dessus, au centre, le sourire éclatant d’une jeune femme. « Elle s’appelait Shiraz Brodach, elle est la nièce d’un fidèle membre de la communauté de Kremlin-Bicêtre, dit Albert Myara. Elle a été assassinée avec son fiancé dans leur véhicule dans le sud d’Israël. Elle avait 23 ans. » « La période actuelle n’est pas idéale pour envisager des activités communes », résume. P.parmi les fidèles, certains trouveraient aussi « étrange », « voire prématuré », jouer de la musique sur une scène commune, « pendant qu’il y a encore la guerre », « alors qu’il y a des morts tous les jours. »

« F« Français avant pro-israéliens ou pro-palestiniens »

Depuis les attaques survenues début octobre en Israël, les patrouilles dans le quartier ont été renforcées. IL Les militaires du plan Vigipirate circulentDésormais tous les jours et plus seulement pendant le culte. Le maire touche du bois : à ce jour, pas d’escarmouches, pas d’insultes, pas d’étiquettes vient d’être signalé « une dizaine d’autocollants pro-palestiniens (sur les murs et les affiches) que nos équipes ont systématiquement éliminé. » « Jusqu’ici, tout va bien », l’élu respire. Au Kremlin-Bicêtre, aucun des 25 000 habitants ne l’a oublié un En avril 2002, un cocktail Molotov a été lancé sur la synagogue en pleine nuit, sans faire de blessés.

A cette époque, le deuxième L’Intifada a enflammé le Moyen-Orient. Vingt et un ans plus tard, pPersonne, absolument personne, ne veut que le conflit ait de l’importance. Si nécessaire, la communauté bouddhiste, située à 150 mètres de la mosquée et de la synagogue, est même prête à servir d’intermédiaire. « Pour venir au temple, je passe tous les jours par la synagogue et la mosquée, décrit Doan Maung. Si nous pouvons aider, nous le ferons. Pourquoi ne pas inviter les fidèles musulmans et juifs à notre Nouvel An vietnamien ?

Lors de ses sermons du vendredi, l’imam de la mosquée demande la paix et prie pour les enfants mourants. « Il faut arriver à continuer à vivre ensemble, de manière harmonieuse, Mohammed Khodja répète pour sa part. Je dis aux fidèles d’aller voir nos voisins juifs sans aucune crainte, quels que soient les problèmes qui peuvent surgir n’importe où dans le monde. « Ce que je demande aux fidèles, c’est d’être français avant d’être pro-israéliens ou pro-palestiniens. »

Des fidèles musulmans prient à la mosquée du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), le 8 novembre 2023. (RAPHAEL GODET / FRANCEINFO)

Même le maire le reconnaît « marcher sur des œufs ». « Quand j’écris mon communiqué sur le sujet, chaque mot est soigneusement étudié pour ne froisser personne. » Une coïncidence : Jean-Luc Laurent habite à quelques numéros de la mosquée et de la synagogue. « Il disait souvent à Mohammed Khodja et Albert Myara qu’il était leur voisin et qu’il les surveillait. » Le conseiller les a Nous parlions tous les deux au téléphone. Mais séparément. « Je leur ai dit la même chose : ‘Vous voyez, messieurs !’ Si vous le souhaitez, je peux même être présent et cela peut se faire à la mairie. » Il le sait: « Cela ne devrait pas se prolonger, ce n’est bon pour personne » -lâcha-t-il, les yeux inquiets. Pour l’heure, personne n’a encore répondu à l’invitation du maire.




Gn fr headline

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page