Nouvelles locales

Art complet pour impressionner


Il reste encore quelques jours pour profiter de l’événement Plein Art qui se déroule à l’Espace 400e du Vieux-Port de Québec jusqu’au 14 août.

• Lisez aussi : Huit activités gratuites en août

• Lisez aussi : Orchestre Métropolitain : l’importance d’aller à la rencontre des gens

Cette activité, qui met en valeur le travail des artisans, est présentée sous le signe des retrouvailles puisque l’événement célèbre son 40e anniversaire et est de retour après deux ans d’absence.

La pandémie a été vécue avec difficulté par les artisans, souligne Julien Silvestre, directeur général du Conseil des métiers d’art du Québec.

« Il n’y a pas eu de Plein Art depuis trois ans. C’est donc la première édition depuis 2019 », se souvient-il.

Même si la fréquentation avait alors atteint près de 160 000 visiteurs, les organisateurs ne cachent pas que les effectifs seront en baisse cette année.

« C’est sûr que ce ne sera pas une année record. Les gens ont besoin de trouver leur événement. Il se passe beaucoup de choses au Québec. Il y a beaucoup de gens. Les gens qui viennent acheter. Alors les artisans sont contents. Les visiteurs ont plus de temps pour parler aux artisans », explique le directeur général.

«Après deux ans de pandémie, nous avons vu la place des ventes numériques et en ligne. Cela a fonctionné, mais le cœur des métiers d’art est le matériau. Il faut pouvoir voir, toucher et entendre les histoires que les artisans ont à raconter sur leur façon de créer. Donc, c’est pour cette raison que les événements en présence sont importants », a-t-il ajouté.

« Depuis une semaine, on l’a vu. Les gens sont contents de pouvoir interagir », a poursuivi M. Silvestre.

Selon les organisateurs, il est trop tôt pour connaître la baisse du trafic. Sur les 120 artisans présents en 2019, ils sont environ 70 cette année.

« Il y a aussi un peu moins d’artisans. La pandémie a été très dure pour les artisans. Beaucoup ont cessé leurs activités. C’était très dur la fin des plateformes traditionnelles. Les revenus ont disparu pour les artisans. Il y en a beaucoup qui se sont convertis à d’autres choses comme l’enseignement de l’artisanat. Il y en a aussi beaucoup qui ont quitté l’industrie. Ceux qui sont là sont des gens résilients, des entrepreneurs assez forts pour s’en sortir. Aussi, pour pouvoir revenir dans un événement, il faut être capable de produire. Les matériaux sont très chers. Acheter du cuivre, du verre, ça coûte très cher.

L’événement, présenté par le Conseil des métiers d’art du Québec, a pris son envol le 2 août dernier. Pour M. Silvestre, Plein Art représente une histoire d’amour avec les Québécois, après 40 ans.

« C’est le moment de rencontrer les artisans et d’encourager l’économie locale. Les deux tiers des artisans sont des femmes qui ont une pratique entrepreneuriale dans la région et qui crée des emplois et de la valeur. J’encourage les gens à venir vivre cette expérience », souligne M. Silvestre.

Plein Art regorge de créations qui valent le détour : bijoux, vases, vêtements, sculptures en tout genre témoignent de la passion des artisans à transformer la matière tout en révélant leurs qualités créatives.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page