Skip to content
Après le revers des législatives, comment Borne s’est-elle imposée à la tête du gouvernement ?


Guillaume Molinie

Très contestée jusque dans son propre camp, Elisabeth Borne a choisi de tenir le coup. Le Premier ministre s’est exprimé jeudi pour la première fois depuis le revers des législatives. L’occasion pour la chef du gouvernement de montrer que le bras de fer avec les députés ne l’impressionne pas et qu’elle compte leur tenir tête.

Elisabeth Borne s’est exprimée jeudi soir sur la chaîne LCI, quatre jours après le revers des législatives. On n’avait plus eu de nouvelles de la Première ministre, très contestée jusque dans son propre camp, depuis dimanche. Elle a choisi de s’accrocher là où elle le pouvait. Si elle sait qu’elle a accepté un CDD à Matignon, elle compte jouer sa partition jusqu’au bout. Elle entend rester le chef d’orchestre du gouvernement et de la majorité. Et le bras de fer annoncé avec les députés ne l’impressionne pas.

« Ça a tendance à me calmer »

Au quinquennat précédent, vous savez, quand j’ai fait la réforme de la SNCF, je peux vous assurer qu’il y avait déjà des gens qui étaient assez vocaux et ça ne me fait pas peur », a-t-elle déclaré. « Ça a plutôt tendance à me consoler, me calmer quand j’entends des gens crier autour de moi ».

« Beaucoup de députés souhaitent que notre pays continue d’avancer »

La première ministre tient à lisser son image techno. Elle veut montrer qu’elle peut aussi être politique, ouverte à la négociation pour former une force de coalition et capable de rallier, texte après texte, les 37 députés qui manquaient à la majorité. « Le constat qu’on peut faire, c’est qu’aucun des responsables politiques ne veut bloquer nos institutions. Au-delà, je suis convaincue qu’il y a beaucoup de députés qui veulent que notre pays continue d’avancer », souligne Elisabeth Borne.

Et Elisabeth Borne continuera d’échanger vendredi avec les représentants des groupes parlementaires. Elle sait qu’elle marche sur un fil, car les deux piliers de la majorité, Edouard Philippe et François Bayrou, ne la soutiennent pas. Clairement, son défi maintenant est de convaincre non pas les Français, mais ses propres troupes.

europe1 Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.