Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Après l’affaire « Ocean Viking », quel avenir pour le sauvetage en mer ?

La tâche des ONG qui secourent les migrants en Méditerranée deviendra encore plus compliquée. Coup sur coup, le gouvernement italien d’extrême droite a refusé de répondre aux demandes de port sûr émises par le navire Humanité 1de l’ONG SOS Humanité, ainsi que Géo Barentsnavire de Médecins Sans Frontières (MSF), et auviking de l’océan de SOS Méditerranée. Les deux premiers ont fini par être autorisés à débarquer d’abord uniquement les femmes, les enfants et les malades puis, après que les migrants se soient jetés à l’eau de désespoir, toutes les personnes à bord. L’viking de l’océanil doit mettre le cap sur la France qui lui ouvre le port de Toulon le vendredi 11 novembre.

Cet épisode sonnera-t-il le glas du sauvetage en mer ? « Ce n’est pas la première épreuve que doivent affronter les ONG, qui ont déjà subi toute une série d’intimidations et d’obstructions administratives, sous le gouvernement Salvini, donc je ne les vois pas s’arrêter », précise Camille Schmoll, directrice d’études à l’EHESS.

1 891 migrants portés disparus en mer depuis 2021

« Nous prévoyons de partir très bientôt, dans quelques semaines », annonce de fait SOS Méditerranée, l’association qui affrète leviking de l’océan. » Il est temps de renouveleréquipage et provisions, nous avons l’intention de réembarquer le plus tôt possible, la semaine prochaine j’espère, indique également Caroline Willemen, chef de projet pour Médecins Sans Frontières, qui affrète le Géo Barents. Il est impératif que les personnes en détresse soient secourues, conformément au droit maritime. » Alors que les traversées se multiplient depuis 2021, 1.891 migrants ont disparu en Méditerranée, tentant de rejoindre l’Europe, dont 1.337 en Méditerranée centrale, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Reste à savoir où les ONG pourront atterrir, ce qui, selon ce chercheur, » ont secouru 16 % des personnes secourues en mer, le reste étant effectué par des navires privés ». « Il y aura une très forte pression sur l’Italie de la part de ses partenaires économiques européens », reprend Camille Schmoll. Mais cela changera-t-il la position du gouvernement d’extrême droite ? Pas sûr, d’autant que l’Italie, qui a déjà accueilli près de 88.000 migrants depuis le début de l’année, considère avoir déjà fait plus que sa part.

Débarquement en France, « une situation exceptionnelle qui ne doit plus se reproduire »

Alors qui d’autre ? « La moitié des sauvetages en mer en 2021 ont été effectués par la Tunisie et la Libye, ce qui, pour cette dernière, est une aberration totale du point de vue des droits de l’homme, compte tenu du sort réservé aux migrants dans ce pays », poursuit Camille Schmoll, qui ajoute que « Cela fait dix ans que Malte ne répond plus lorsque des ONG font une demande de port sûr ». Quant à l’Espagne, qui avait ouvert le port de Valence àVerseau en 2018, elle n’a pas répondu au sujet de laviking de l’océan, assure SOS Méditerranée. Ce qui ne signifie pas qu’elle est prête à prendre le relais.

La France reste. Mais le gouvernement a déjà insisté sur le caractère exceptionnel de l’accueil du navire à Toulon. Un débarquement en France « c’est une situation exceptionnelle qui ne doit plus se reproduire »en raison de l’éloignement des lieux de secours, a d’ailleurs lui-même convenu François Thomas, le président de SOS Méditerranée.

Un mécanisme européen de solidarité à améliorer

« Pour que la question du débarquement ne soit plus un problème, expose Jean-François Ploquin, directeur de l’association Forum Réfugiés-Cosi, il faut un mécanisme de solidarité qui, une fois le bateau à quai, répartisse les rescapés entre les différents pays européens. » Un tel mécanisme existe : l’Union européenne l’a développé en 2019 et l’a mis à jour en juin 2022. Mais jusqu’à présent, seuls 164 migrants ont été relocalisés en 2022 depuis l’Italie vers d’autres États membres, dont 117 en vertu du fameux mécanisme.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page