Nouvelles locales

Après Hockey Canada, Ottawa gèle les fonds de Gymnastique Canada


Après Hockey Canada il y a quelques semaines, c’est au tour de Gymnastique Canada (GymCan) de voir ses fonds gelés par le gouvernement fédéral en raison de sa gestion défaillante des cas d’abus sexuels au sein de l’organisation.

• Lisez aussi : Hockey Canada : une autre agression sexuelle collective aurait eu lieu en 2003

• Lisez aussi : Hockey Canada a fort à faire selon Justin Trudeau

Cette décision a été prise suite à une lettre publique signée par 508 gymnastes et envoyée à la ministre des Sports, Pascale St-Onge, dans laquelle les signataires demandent au gouvernement d’intervenir rapidement pour changer la culture de GymCan.

Dans la lettre, la branche canadienne de Gymnasts for Change a critiqué GymCan pour ne pas avoir ouvert d’enquête alors que GymCan et Sport Canada étaient au courant de la possibilité d’une plainte pour abus sexuel.

« Au cours des quatre derniers mois, nous avons publiquement dévoilé nos âmes, partageant des histoires sur le traitement dévastateur que nous avons subi aux mains de notre sport », lit-on.

Le bureau du ministre St-Onge a expliqué par courriel que le financement de GymCan sera suspendu jusqu’à ce qu’il rejoigne le Bureau du commissaire à l’intégrité du sport (BCIS), une nouvelle création gouvernementale qui fonctionnera avec 16 millions de dollars pour les trois prochaines années.

« Je comprends le sentiment d’urgence qui anime ces athlètes et je partage leur désir de changement concret. Depuis ma nomination, ma priorité a été de travailler avec les outils à ma disposition et de trouver des solutions qui englobent notre système sportif », a déclaré le ministre.

C’est aussi l’une des exigences imposées à Hockey Canada pour que l’organisation retrouve son financement.

La semaine dernière a vu l’émergence d’une nouvelle affaire troublante liée à un entraîneur albertain accusé d’avoir agressé sexuellement une fillette de sept ans.

GymCan avait annoncé une enquête de « changement de culture » par McLaren Global Sport Solutions, mais elle a été étouffée dans l’œuf par Gymnastics for Change car elle serait « achetée et payée par ‘l’organisme lui-même qui doit faire l’objet de l’enquête' ». .

Une réaction à la décision d’Ottawa devrait être émise par GymCan d’ici la fin de la journée, a assuré son PDG Ian Moss.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page