Skip to content
Amy Tinkler demande que les entraîneurs abusifs soient bannis de la gymnastique

La médaillée olympique Amy Tinkler a averti que les gymnastes britanniques ne seraient pas en sécurité tant que les autorités n’agiraient pas sur les conclusions accablantes de la revue Whyte sur les abus généralisés dans son sport.

Dans son rapport de 306 pages, Anne Whyte QC a décrit la semaine dernière avec des détails déchirants comment des gymnastes aussi jeunes que sept ans ont été victimes de terreur, d’intimidation et, dans certains cas, d’abus sexuels.

« On se demande combien de scandales sportifs il faudra avant que le gouvernement en place se rende compte qu’il doit prendre plus de mesures pour protéger les enfants qui participent au sport », conclut Whyte.

Tinkler, qui a remporté une médaille de bronze aux exercices au sol à Rio 2016, a déclaré que les découvertes de Whyte concernant les techniques de gestion du poids, décrites comme la « tyrannie de la balance », avaient touché une corde sensible.

Tinkler a déclaré qu’elle avait été victime de honte de poids et, en septembre 2020, a partagé une chaîne de courrier électronique dans laquelle son poids était discuté par un entraîneur et un nutritionniste.

« Ça fait du bien d’avoir la confirmation que moi et les autres disons la vérité », a-t-elle écrit. « Depuis que j’ai pris la décision d’informer British Gymnastics de mon expérience il y a deux ans et demi, on m’a fait me sentir comme un paria, un menteur. La société sait que nous ne devrions pas traiter les dénonciateurs comme ça et j’espère que BG commencera à s’engager avec nous, plutôt que de nous tenir à distance.

« Nous ne sommes pas l’ennemi, nous sommes ceux qui veulent faire en sorte que la gymnastique soit un sport sûr, sécurisé et spectaculaire pour tous. Parlez-nous. »

Tinkler s’est joint à une foule d’athlètes pour exprimer sa préoccupation qu’aucun entraîneur n’ait été tenu responsable de l’abus de centaines de jeunes gymnastes. Sarah Powell, directrice générale de British Gymnastics, a admis que son prédécesseur Jane Allen avait toujours reçu une indemnité de départ liée à sa retraite brutale au plus fort du scandale en octobre 2020.

L’entraîneure-chef des femmes Amanda Reddin – une architecte clé de la récolte de sept médailles de la Grande-Bretagne aux Jeux olympiques de Rio 2016 – est également partie d’un « accord mutuel ». Cependant, le sport n’a pas encore puni ceux qui ont directement intimidé ou traumatisé les athlètes.

‘Je ne vois pas comment on peut avancer en tant que sport’

« Il n’y a aucun moyen qu’un tel volume d’abus puisse se produire sans qu’il y ait des agresseurs », a écrit Tinkler dans un article sur les réseaux sociaux. « Je suis préoccupé par la raison pour laquelle il n’y a aucun rapport d’actions ou de recours en cours concernant les agresseurs, qu’il s’agisse d’entraîneurs ou de personnel de soutien, ils doivent être retirés du sport.

« Je demande donc à BG, UK Sport et Sport England d’informer de toute urgence la communauté de la gymnastique pour savoir si des mesures ont été prises contre les agresseurs signalés dans le Whyte Review.

« Sinon, comment puis-je savoir, ou n’importe quel gymnaste ou parent d’un gymnaste, si les mêmes agresseurs seront toujours dans le gymnase la prochaine fois que nous y irons? Jusqu’à ce que nous ayons des éclaircissements à ce sujet, je ne vois pas comment nous pouvons bouger avancer en tant que sport de manière sûre, sécurisée et agréable. »

L’ancienne gymnaste anglaise Nicole Pavier, qui a subi des abus dans deux clubs de différentes régions du pays, a appelé à une approche plus ouverte de la protection et a suggéré que les clubs tiennent un registre répertoriant toutes les allégations qui avaient été faites contre les entraîneurs qui y travaillaient.

« Nous préparons potentiellement des familles pour une chute sans qu’elles n’aient les connaissances et le pouvoir de prendre ces décisions », a-t-elle déclaré.

Après la publication de Whyte Review, la directrice générale de British Gymnastics, Sarah Powell, en poste depuis octobre, a déclaré que l’organisation « accepte toutes les recommandations et les principales conclusions. Nous n’hésiterons pas à faire ce qui est nécessaire ».

« Je tiens à m’excuser de tout cœur auprès des gymnastes qui ont souffert du fait que nous n’avons pas travaillé selon les normes que nous nous sommes fixées. Nous sommes désolés. »

Elle a ajouté : « Soyons clairs ; il n’y a pas de place pour les abus d’aucune sorte dans notre sport et les standards d’entraînement du passé ne seront pas ceux du futur.

« Nous allons construire une nouvelle culture et veiller à ce que la voix du gymnaste soit au cœur de tout ce que nous faisons. Nous allons changer la gymnastique pour le mieux. »


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.