Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Agressions armées, menaces et enlèvements : ce pasteur devra fêter Noël en prison


Incapable d’introspection, un pasteur qui a abusé physiquement de ses enfants pendant plusieurs années va devoir passer la fête de Noël au pénitencier afin de réfléchir un peu plus sur ses crimes.

• Lisez aussi : Il corrigeait ses enfants avec un bâton : un pasteur violent veut obtenir sa libération conditionnelle

• Lisez aussi : Deux enfants maltraités poursuivent leurs parents

Agé de 68 ans, le pasteur Mario Monette représente un très faible risque de récidive pour ses victimes, ses enfants aujourd’hui âgés de 31 à 48 ans. Entre 1980 et 2004, le pasteur baptiste avait pourtant été pour elles un véritable bourreau, utilisant une baguette de bois pour corriger ses progéniture en les frappant parfois avec jusqu’à 100 bâtons.

Condamné à une peine de cinq ans pour 15 chefs d’accusation d’agression armée, de menaces et de séquestration, Monette a demandé à la Commission des libérations conditionnelles (CLCC) d’obtenir la semi-liberté à temps pour Noël afin de « passer les fêtes avec le [s]ici ». L’homme est incarcéré à la prison Archambault depuis 20 mois, tandis que sa conjointe, condamnée à quatre ans de prison, est maintenant en liberté conditionnelle.

homme rigide

Sauf que la détention n’a pas encore fait réfléchir l’homme d’Eglise, selon la CLCC. Il n’y a eu « aucun changement observable et mesurable pendant votre incarcération », écrivent les commissaires. « Les distorsions cognitives sont encore très présentes ; vous minimisez, banalisez et justifiez les actions alléguées », ajoutons-nous.

Ses rencontres avec son agent de libération conditionnelle au cours des derniers mois se sont transformées en «joutes verbales» où le pasteur a tenté de «contrôler» le travailleur. « Vous pouvez vous rendre et vous réfugier derrière des passages de la Bible pour expliquer vos actions », affirme-t-on.

Même ses demandes d’admission dans deux centres résidentiels pour purger une semi-liberté ont été refusées en raison de son manque d’engagement et de rigidité. « Vous cherchez à protéger votre image au lieu de travailler pour comprendre pourquoi vous avez été si violent pendant une si longue période », lit-on dans le rapport de la PBC, à la suite de l’audience de la mi-décembre. .

Liberté refusée

La Commission a donc pesé le faible risque de récidive et son manque d’introspection et a conclu qu’il était trop tôt pour une libération. « Vous n’êtes pas en mesure d’assumer l’entière responsabilité de vos violences et vous continuez à justifier votre criminalité par votre conviction », s’inquiètent les commissaires.

D’autant plus que le pasteur de l’Église Biblique Baptiste des Cantons-de-l’Est entend retourner prêcher à ses fidèles, une clientèle vulnérable, avait plaidé son équipe de gestion de cas.

Mario Monette restera donc incarcéré sans possibilité de libération pendant plusieurs mois avant de pouvoir faire une nouvelle demande.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page